Coup de tonnerre au Standard : l'homme d'affaires François Fornieri débarque dans le capital du club !

L’homme d’affaires liégeois François Fornieri entre au capital du Standard de Liège et en devient le coadministrateur délégué avec Bruno Venanzi qui en reste le Président. Les Rouches ont officialisé ce que nous vous annoncions en exclusivité ce lundi matin.

Le patron de la société pharmaceutique Mithra, va prendre des participations substantielles à concurrence d’au moins 50% dans l’actionnariat du club de Sclessin.

Bruno Venanzi a donc enfin trouvé l’investisseur qu’il cherchait inlassablement depuis des semaines. Cette opération s’accompagnera également d’une augmentation de capital de la S.A. Standard de Liège. François Fornieri investit également dans la société immobilière du Standard, comme Axel Witsel il y a quelques semaines. Bruno Venanzi demeure le président du Club et un nouveau Conseil d’Administration sera mis en place, avec M.Fornieri comme administrateur.

Accord dans le midi

La rumeur de l’entrée dans le capital du club de Sclessin de François Fornieri circulait déjà depuis des mois. Gageons que les difficultés financières actuelles du Standard ont quelque peu précipité les événements. Il y a 15 jours, les deux hommes se sont rencontrés dans le midi de la France en compagnie de Lucien d’Onofrio, ami intime de François Fornieri. Dans la foulée, Bruno Venanzi et Lucien d’Onofrio avaient été déjeuner avec Bernard Tapie sur le vieux port de Saint-Tropez et la photo les montrant ensemble avait fait couler beaucoup d’encre et susciter pas mal d’interrogations.

>>> LIRE AUSSI: François Fornieri veut "contribuer à accélérer le développement" du Standard

Soulager l’état des finances

François Fornieri est un Liégeois d’origine italienne, tout comme Bruno Venanzi. Dans le petit monde liégeois des affaires, les deux hommes se connaissent, forcément. Et sans être des proches, ils s’estiment réciproquement. Fornieri est un supporter du Standard de longue date. Il avait déjà été, jadis, sponsor du Standard Femina. Acteur d’une véritable "success-story" avec sa société "Mithra" (dans laquelle Marc Coucke est actionnaire), il dispose de moyens importants qui devraient soulager le matricule 16, véritablement à l’agonie financière ces dernières semaines. Pour obtenir la licence, le club de Sclessin avait d’ailleurs dû recourir à une opération "one shot" en vendant le stade à une société immobilière pour 14 millions d’euros, avec un loyer annuel d’un million d’euros à charge du club. Mais le projet immobilier très ambitieux de Bruno Venanzi qui vise à transformer le site de Sclessin en complexe commercial et business-center a du plomb dans l’aile. Les investisseurs potentiels ne se bousculent pas au portillon et la crise sanitaire n’arrange évidemment pas les choses. Des organismes publics de financement hésitent fortement pour soutenir le projet. Bref, le contexte financier est difficile pour le Standard. Lequel accueille donc avec soulagement la venue de François Fornieri et son investissement.

En attendant Lucien d’Onofrio ?

Reste une question, essentielle. Tout cela préfigure-t-il une prise de pouvoir complète de François Fornieri en bord de Meuse ? Deviendra-t-il, à terme, l’unique propriétaire du club ? Pour mémoire, Bruno Venanzi était passé par la case vice-président de Roland Duchâtelet avant de lui acheter le club. François Fornieri avait toujours déclaré qu’il reprendrait le Standard si son grand ami Lucien d’Onofrio l’accompagnait en qualité de manager sportif. Il aurait d’ailleurs reformulé sa demande au dirigeant de l’Antwerp. Mais ce dernier aurait décliné sa proposition, voulant terminer le boulot avec le club anversois pour une quatrième saison consécutive dans la Métropole.

Mais, qui sait, les choses pourraient, devraient, encore bouger au terme de cette saison…

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK