Collins Fai, de droite à gauche

Collins Fai, de droite à gauche
Collins Fai, de droite à gauche - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Arrivé sur la pointe des pieds début 2016 au Standard, Collins Fai n’avait jamais inscrit de buts en professionnel. Chose faite dimanche dernier, lors de la victoire décisive face à Ostende. Au-delà de ce but, le petit Camerounais s’impose de plus en plus comme l’un des éléments clés dans le dispositif de Ricardo Sa Pinto. Retour sur le parcours d’un joueur aussi habile à droite qu’à gauche.

Fai est né le 13 août 1992 à Bamenda, une ville d’environ 700.000 habitants, située à l’ouest du Cameroun. Il est formé à l’Academie Bamenda et fait ses débuts à Douala en 2011. Il rejoint l’Europe et les rangs du Dinamo Bucarest en Roumanie au début du mois de juillet 2013. Il est titulaire au début de la saison avant qu’une vilaine opération des ligaments croisés l’éloigne des terrains durant plus de 6 mois.

La saison d’après est meilleure pour lui. En effet, il joue la plupart des matchs du Dinamo en tant que titulaire à droite. Il dispute en tout une soixantaine de rencontres dans le championnat roumain et obtient un transfert au Standard durant le mercato d’hiver 2016. Il arrive pour apporter un peu de concurrence à Réginal Goreux, qui était le seul latéral droit de l’effectif après les départs de Martin Milec et Damien Dussaut. Histoire de le mettre directement dans l’ambiance, il effectue ses débuts dans le derby wallon de la 27ème journée avec à la clé une victoire 3-0. Les Rouches louperont cette année-là de justesse les PO1 mais se consoleront en soulevant la Coupe de Belgique en battant Bruges en finale (2-1), avec une toute bonne prestation de Collins sur le côté droit de la défense… Un indice pour la finale de ce samedi ?

C’est à ce jour le seul trophée obtenu par Fai sous le maillot du Standard, mais pas le seul de sa carrière car il a également remporté la prestigieuse Coupe d’Afrique des Nations en 2017 avec les Lions Indomptables du Cameroun, menés par un certain Hugo Broos, aujourd’hui directeur sportif à… Ostende !

Une 'Fai-dépendance' ?

Cette saison, Collins débute la saison en tant que latéral droit avant que l’arrivée lors du dernier jour du mercato de Luis Pedro Cavanda ne rabatte toutes les cartes. Il dépannera une première fois à gauche à Mouscron fin octobre, Sébastien Pocognoli étant suspendu. Depuis, il joue plus à gauche qu’à droite. C’est sûrement le seul joueur du championnat capable de défendre aussi bien sur les deux flancs. Récemment, lors du match à Charleroi, son positionnement à gauche fut un choix judicieux de Sa Pinto : en effet, Felice Mazzu avait placé Cristian Benavente sur l'aile droite afin, probablement, d’exploiter les espaces que Pocognoli allait assurément laisser dans son dos. Fai, étant plus rapide, Benavente a été bloqué quasi à chaque fois par le Camerounais.

Assez discret, Collins n'en reste pas moins un joueur très important pour les Standarmen : lors de ses 15 dernières titularisations en championnat, le Standard n’a perdu qu’une seule fois (à Anderlecht début octobre) !

Aujourd’hui, Pocognoli aura bien des difficultés à récupérer une place qui va comme un gant à Collins Fai qui a, de surcroît, choisi le bon moment pour marquer son premier but en professionnel, un but synonyme de qualification pour les POI que les Rouches n'avaient plus disputés depuis trois ans.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK