Charleroi-Malines dans le brouillard : le match sera bien rejoué intégralement

Charleroi  - Malines
Charleroi - Malines - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Le duel Charleroi-Malines, crucial en vue de la qualification pour les Play-Offs 1, ne reprendra pas à 1-0, comme le réclamaient les Zèbres, mais sera bien joué dans son intégralité. Le règlement est clair à cet égard : un match interrompu par le brouillard est rejoué dès le début, quel que soit le score et le moment de l’interruption.

Le Sporting devra donc s’incliner et a décidé de renoncer à introduire une plainte devant le Comité d’Appel de la Commission des Litiges. "Cette plainte serait illico jugée non-recevable sur base du règlement actuel", nous a confirmé lundi Pierre-Yves Hendrickx, secrétaire général du Sporting de Charleroi.

Changer pour l’avenir

Pour rappel, le club carolo réclamait la reprise du match à partir de la 36e minute, moment choisi par l’arbitre pour arrêter une 2e fois et définitivement la rencontre. À cet instant, les Zèbres menaient au score grâce à un penalty converti par Morioka au quart d’heure.

Au Pays Noir, on veut néanmoins profiter du cas de ce samedi pour faire modifier le règlement en vue de mieux préserver l’éthique du jeu. Partout à l’étranger, un match interrompu est rejoué à partir de la minute de son arrêt. On a ainsi vu des rencontres rejouées pour… 2 ou 3 minutes !

Pas le même brouillard

Le cocasse est que, depuis 2017 et la scission entre le football professionnel et le football amateur, le football belge dispose de… deux règlements distincts en cas de brouillard : chez les Pros, le match est désormais recommencé dès le début tandis que chez les amateurs, on a conservé l’ancien texte et on reprend, comme auparavant, à la minute litigieuse… et en conservant le score en vigueur.

En clin d’œil, on pourrait donc dire que le brouillard n’est pas le même chez les Pros et chez les Amateurs. Et puis surtout : si ce Charleroi-Malines avait eu lieu avant 2017, le replay aurait repris à la 36e minute et avec le 1-0 affiché au marquoir !

Date proposée : le 11 février

A quelle date ce match sera-t-il rejoué ? Sur cette 2e question, Charleroi ne désarme pas : il conteste la date du 4 février, première date disponible dans le calendrier, car il veut éviter d’être pénalisé par une surcharge de rencontres. Mieux : le Sporting a obtenu l’accord de Malines pour disputer cette rencontre le 11 février.

Le hic, c’est que le Manager du Calendrier, seul habilité à trancher en matière de programme, va sans doute, nous dit-on au Mambourg, imposer la date du 4 février.

Au final, Charleroi va donc probablement échouer sur les deux fronts qu’il conteste. Malines paiera-t-il la note de son esprit de revanche ? Réponse sur le pré vert.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK