"Ce règlement donne du pouvoir à une poignée de supporters"

Les supporters des clubs belges ont-ils trop de pouvoir en ce qui concerne l'interruption des matches? C'est la question que l'on peut légitimement se poser après les incidents survenus à Sclessin lors du Clasico ce vendredi soir.

"On peut parler d'ironie du sort. Le règlement qui est appliqué aujourd'hui pour arrêter le match est un règlement qui avait été voté suite aux incidents qu'il y avait eu lors du match du Standard à Charleroi", explique Pierre Locht, avocat du Standard. 

Les faits remontent à décembre 2016.  Le choc wallon avait été définitivement arrêté par Serge Gumienny, à la 68e minute, en raison d'un comportement inadéquat de la part des supporters du Standard (d'abord) et de Charleroi (ensuite). A l'époque, aucune des deux équipes n'avait reçu de points alors que les Rouches menaient 1-3 au moment de quitter la pelouse.

"Le Sporting de Charleroi n'avait pas été content à ce moment-là car le Standard avait fini par gagner le match sur le terrain. A l'époque, on avait estimé que cela avait pu favoriser le Standard donc on a changé le règlement pour rendre l'arrêt du match automatique. Désormais, l'arbitre n'a plus de marge d'appréciation (NDLR: il doit arrêter le match dès la troisième interruption) et c'est ce règlement qui a été appliqué aujourd'hui contre Anderlecht."

"Ça pose question sur la pertinence de ce règlement", poursuit Locht. "Il n'y a pas de solution miracle. L'arbitre a été obligé d'arrêter un match qui aurait peut-être pu continuer. Il faut constater que le règlement comme il est là aujourd'hui donne le pouvoir aux supporters. Une poignée de supporters peut se dire 'si la rencontre ne tourne pas comme on le souhaite, on la fera arrêter'. C'est quelque chose auquel il faut réfléchir car c'est un signal qui n'est pas positif."

Pour rappel, en cas d'interruption définitive, deux solutions sont possibles. Si celle-ci advient suite aux incidents causés par un groupe de supporters du même club, le club en question sera sanctionné d'une défaite par forfait. Dans le cas où la rencontre doit être interrompue en raison d'incidents causés par deux groupes de supporters issus des deux clubs qui s'affrontent, chaque club sera sanctionné par la perte effective de deux points. Il ne fait aucun doute que l'on se trouve ici dans le premier cas de figure.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK