Bruges, Anderlecht ou le Standard : qui est le plus puissant ?

FC Bruges, Anderlecht et le Standard
FC Bruges, Anderlecht et le Standard - © Belga

Cet été, les trois "Grands" clubs belges ont frappé un grand coup sur le marché des transferts.

Anderlecht a attiré trois Diables rouges (Vincent Kompany, Nacer Chadli et Hendrik Van Crombrugge) et le FC Bruges en a accueilli un (Simon Mignolet) vainqueur (sans jouer) de la dernière Ligue des Champions. Pendant ce temps, le Standard a convaincu Anthony Limbombe de se relancer en bords de Meuse et est surtout parvenu à conserver l’un, voire le plus grand espoir du football belge, Zinho Vanheusden.

Et Genk me direz-vous ? Il ne sort pas gagnant du mercato avec les départs de Leandro Trossard ou encore Ruslan Malinovskyi sans oublier Philippe Clément parti rejoindre… le FC Bruges.

En ce début de saison, au petit jeu de celui qui est le plus puissant, le lauréat est sans conteste Bart Verhaeghe. Le président des Blauw en Zwart récolte aujourd’hui les fruits d’un travail qui a débuté le 1er février 2011. Comme l’indique parfaitement le titre de sa biographie ("Durf"), l’homme a fait preuve d’audace et cela paie aujourd’hui.

Ces dernières années, le Club a réussi à faire fructifier certains investissements. Les José Izquierdo, Thomas Meunier, Carlos Bacca, Obbi Oulare ou plus récemment encore Wesley, Danjuma, Denswil et Nakamba ont rapporté gros. Le Club a obtenu près de 70 millions d’euros lors de ce mercato estival.

La direction brugeoise a fait preuve d’intelligence en attirant l’entraîneur champion de Belgique en titre et des joueurs prêts à combler les lacunes. Cela faisait des années que le Club se cherchait un portier capable de remporter des points. Il l’a trouvé avec Mignolet, le numéro 2 des Diables. En défense, l’Ivoirien Simon Deli constitue une tour presque infranchissable. Il est meilleur que Denswil. Percy Tau et Okereke ont tout de suite fait oublier Danjuma et Wesley. Bref, la direction brugeoise a frappé juste et bien.

L’équilibre est déjà trouvé là où au Standard et surtout à Anderlecht il reste encore des zones d’ombre.

Chez les Mauves, cela fait plusieurs années qu’on sent le club tanguer. Pas étonnant que cela se soit terminé dans le fossé l’an dernier, avec un ticket européen qui a échappé au RSCA. 56 ans que cela n’était plus arrivé. Vincent Kompany est parvenu à attirer du lourd (Sandler, Nasri, Chadli, Van Crombrugge,…) mais va avoir besoin de temps pour que la sauce prenne !

Le Standard a, lui aussi, beaucoup transféré avec notamment l’arrivée de 5 joueurs évoluant en Belgique l’an dernier, dans des formations issues du ventre mou, voire du bas de tableau : 3 à Mouscron, 1 à Courtrai et 1 à Waasland-Beveren. Et aujourd’hui, il y a l’énigme Renaud Emond. Va-t-il partir ou rester ? De tous les attaquants du noyau, il n’est sans doute pas le plus doué mais il est le plus régulier. Rarement blessé mais aussi rarement décevant. Son départ a été évoqué à presque chaque mercato. Il sait qu’il n’est pas un titulaire indiscutable et pourrait être tenté par une aventure à l’étranger. L’incertitude plane donc.

Les incertitudes, elles sont peu nombreuses du côté de la Venise du Nord. Le Club apparaît de plus en plus sûr de lui. Sur les 4 dernières années, Bruges c’est 2 titres de champion de Belgique et une Coupe nationale. Cela fait également trois années d’affilée que le Soulier d’Or est décerné à un Blauw en Zwart. Comme aime le souligner Bart Verhaeghe, son club est "tout simplement le meilleur de Belgique". Et s’il avait raison ?

Les Brugeois sont aujourd’hui qualifiés pour les barrages de la Ligue des Champions, compétition dans laquelle ils avaient tenu tête à des équipes comme Monaco, Dortmund et l’Atletico Madrid la saison passée. Cela faisait bien longtemps qu’une équipe belge n’avait plus tenu la dragée haute à des ténors européens. Il faut remonter à 2015-2016 et la belle épopée gantoise.

On a l’impression que la formation brugeoise monte en puissance et si elle atteint la phase de poules de la Coupe aux grandes oreilles, elle va à nouveau toucher le pactole. De quoi mettre un peu plus la pression sur le Sporting d’Anderlecht et le Standard qui doivent impérativement répliquer pour ne pas être mis KO par un Club de Bruges à l’appétit féroce. La plus belle réplique serait de décrocher un titre national que bien des observateurs accordent déjà aux Brugeois !

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK