Boeckx : "Anderlecht ne doit pas croire que le titre est déjà acquis"

Anderlecht peut conquérir jeudi son 34ème titre de Champion de Belgique. Pour ce faire, une victoire à Charleroi lui suffit, en cas de match nul ou de défaite, il faudra compter avec le résultat du Club de Bruges en visite à Ostende.

D'ici là, même avec quatre points d'avance alors qu'il reste deux journées à disputer, les Anderlechtois ne doivent pas croire que le titre leur est déjà promis, a estimé Frank Boeckx ce mercredi.

"Il y a une saine nervosité dans le groupe. Une bonne pression. Et c'est tant mieux, parce qu'il ne faut pas croire que le titre est déjà acquis", a commenté le gardien des Mauves. "On sens que le moment approche et ce serait mieux que ce soit demain (jeudi), mais si nous aurions encore une occasion ensuite. Je préfère d'ailleurs être champion dès demain à Charleroi. C'est peut-être moins gai de fêter ça en déplacement, mais n'oublions pas que Charleroi est venu gagner chez nous".

Les Carolos l'avaient en effet emporté au stade Constant Vanden Stock (0-1). "Charleroi a des qualités, sinon ils ne seraient pas en play-off 1. C'est un vrai bloc et nous aurons besoin de bien faire circuler le ballon. Cela ne sera pas une partie facile. Je ne sais pas dans quel état d'esprit est Charleroi, mais si c'est une partie fermée, cela sera difficile".

Le portier anderlechtois, 30 ans, a préservé ses filets inviolés lors de 13 rencontres et figure parmi les trois nominés pour le titre de Gardien de l'Année de la Pro League. "Le mérite en revient à l'équipe. C'est une performance d'ensemble. C'est vrai que nous avons une bonne défense, mais cela commence déjà avec nos attaquants, chacun apporte sa part."

Passé par la case chômage en 2014, Boeckx s'est relancé à l'Antwerp avant d'atterrir à Anderlecht. A 30 ans, il vit sans doute la meilleure saison de sa carrière. "Je pense que je n'ai jamais connu une telle forme dans ma carrière. Mais c'est aussi dû à la confiance que le club place en moi. C'est différent de ma période à Gand où ce n'était pas le cas. J'étais stressé parce que je savais que je ne pouvais pas faire d'erreur. Sinon j'étais mis de côté. Ici, si je fais une faute le club et l'entraîneur sont là pour m'apporter leur soutien."

Une victoire à Bruges dimanche dernier aurait assuré déjà le titre à Anderlecht, mais les Bruxellois ont partagé l'enjeu (1-1) manquant notamment la conversion d'un penalty par Youri Tielemans. La dernière journée verra Anderlecht recevoir Ostende dimanche.

Newsletter sport

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir