«Berge, Trossard, Samatta et Clément ? Je pense qu'ils ne resteront pas...»

Dans l'émission « Complètement Foot » sur Vivacité, Pascal Scimè et Nordin Jbari ont réagi au titre ce champion de Belgique acquis par le KRC Genk ce jeudi soir. Les Limbourgeois ont partagé l'enjeu à Anderlecht (1-1) alors que dans le même temps le FC Bruges s'est incliné 2-0 au Standard.

«C'est mérité tout simplement. Mérité parce que parfois on me dit qu'il n'y a que les résultats qui comptent, a analysé Nordin Jbari. Moi je dis non. Moi je dis que d'abord il y a la philosophie, il y a l'ADN du club, il y a l'idée, il y a le projet et quand la philosophie de Genk c'est jouer vers l'avant, jouer pour gagner, essayer de produire du jeu. Un jour ça paye. Alors Genk n'est pas Anderlecht, Bruges ou le Standard dans le palmarès. Mais ce qu'ils ont fait cette saison à tous les matchs. Même les matches où c'était moins bien. Même les matches où ils ont perdu, ils ont essayé de produire du jeu, ils ont essayé de jouer vers l'avant. Ils n'ont jamais défendu à dix derrière. Ils n'ont jamais essayé de jouer le résultat justement. Jamais. Et ils sont champions. Moi qui aime analyser les entraîneurs sur leur philosophie, je dis bravo à Genk

Et Pascal Scimè d'embrayer: «C'est indiscutable. C'est le titre de la continuité du projet sportif, de la philosophie d'un entraîneur. C'est le titre d'un collectif aussi parce qu'il n'y avait pas que les onze titulaires. C'est le titre de la politique sportive d'un club. Rappelez-vous il y a quelques années, on avait beaucoup fustigé l'absence de politique sportive à long terme de Genk qui avait des problèmes de riches. Et puis il y a eu l'arrivée de Vercauteren, il y a eu cette qualification européenne grâce aux playoffs 2. L'année d'après, il y a eu le titre de champion de Belgique en 2011. Et puis il y a eu une traversée du désert malgré tout mais le centre de formation est là. Et puis on a balayé et on a mis les bonnes personnes aux bonnes places. Maintenant il va falloir que le Racing Genk fasse la fête parce qu'il faut profiter à fond du titre, mais dès demain quasiment il faut se mettre au boulot. Il faut voir un petit peu ce qui va se passer avec Philippe Clément, il faut voir ce qui va se passer avec les cadres. On annonce déjà des offres de 25 millions d'euros pour Berge qui viennent d'Angleterre et Berge lui même a dit qu'il partait. Trossard a dit qu'il allait partir. Samatta, deuxième meilleur buteur du championnat. Que va-t-il se passer avec Malinovskyi ? Il faudra renforcer l'équipe aussi. Donc il y a du chantier mais il ne faut pas bouder le plaisir. Ils méritent d'être là. On oublie tous Pozuelo. Je pense qu'il y en a un aujourd'hui qui ne doit peut-être pas s'en mordre les doigts parce que quand il regarde son compte en banque, il est content. Mais je dis voilà un titre ça reste tout votre vie sur un palmarès.»

Genk champion, c'est le titre de la continuité du projet sportif, de la philosophie d'un entraîneur...

Et maintenant, que va-t-il se passer à Genk ? Doit-on s'attendre à un nouvel exode des talents ?

«Si on parle de l'effectif, c'est vrai qu'une Ligue des Champions pourrait motiver des joueurs, pourrait donner envie à certains joueurs de rester. Mais Berge par exemple qui est un joueur très important et dont Genk aurait eu besoin pour la Ligue des champions avec son expérience, avec son placement, avec sa récupération de balle, ne sera plus là. Il a dit que c'était fini. Il a des offres. Je pense que Trossard ne sera plus là et Samatta ne sera plus là parce qu'il fait la saison de sa vie. N'oublions pas quand même qu’il est là depuis trois ans je pense. Les deux premières années étaient mitigées. Cette année-ci, il fait une saison énorme et je ne parle même pas de ses buts. Donc je pense que ça va être compliqué de garder ces trois joueurs-là, concède Nordin Jbari. Je pense même qu'ils ne les garderont pas. Je pense que Clément ne restera pas non plus, parce qu'il n'a pas encore resigné et cela fait deux semaines qu’il fait traîner les choses. Une saison, elle se prépare en janvier pour la saison suivante. Genk, je pense, a déjà commencé. Genk connait toutes les offres qu'ils ont sur la table, tous les clubs qui veulent certains joueurs et ils se sont préparés à ça. Maintenant vous pouvez être préparés à ce que vous voulez. Il y a des joueurs qui sont difficiles à remplacer. Par exemple un Berge va être difficile à remplacer, idem pour Trossard. Sur les trois derniers mois qu'il fait ici, c'est lui qui porte Genk. Donc ça va être des joueurs très difficiles à remplacer. Mais là où ils ont montré qu'ils étaient forts, c'est par exemple avec Ito qu'ils ont été chercher en division 2 japonaise. Il faut connaître, il faut il faut avoir des hommes sur place. Donc ça veut dire quand on s'y prend à temps, qu'on réfléchit un peu et qu'on va souffrir à l'extérieur, On peut trouver des bons joueurs».

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK