Belhocine: "Même si c'est un moment difficile, ça ne reste que du football"

Ce vendredi soir, le football belge et surtout Anderlecht ont connu une soirée qui restera dans les annales, pour des raisons extra-sportives. L'arrêt du clasico provoqué par les supporters mauves laissera des traces au sein d'Anderlecht.  

Karim Belhocine, coach assistant des mauves était forcément un peu "secoué" après les événements du Clasico: "C'est une soirée difficile pour nous et pour tout le groupe. On a vu quelque chose qu'on n'a pas l'habitude de voir... On verra comment cela se passe après."

Il tente de prendre les choses avec du recul: "Je pense qu'ils ont exprimé un mécontentement. La manière dont ils l'ont fait, bon... L'arbitre a été obligé d'arrêter le match. Nous on ne peut qu'accepter ce qu'il s'est passé."

"C'est rarement vu dans le football belge, je pense qu'il n'y a pas eu beaucoup de matches arrêtés depuis que la règle existe. Je pense que c'est la deuxième fois. C'est dommage pour le football."

Pas question par contre de tomber dans la crainte des supporters, "Ils sont mécontents, ils veulent nous le faire savoir mais je pense qu'ils savent qu'il y a toujours des limites. Même si c'est un moment difficile, ça ne reste que du football."

 Les joueurs se posent des questions, mais le staff est là pour repartir du bon pied directement avec toute l'équipe: "Demain il faudra repartir, débriefer, repartir pour le prochain match parce que c'est la vie de footballeur. (...) Tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir. C'est du football, des équipes qui ont retourné des situations il y en a eu beaucoup, j'espère qu'on va pouvoir le faire dès la semaine prochaine."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK