Bayat: "On ne doit pas manquer de respect à Roberto Martinez"

Mehdi Bayat était l'invité de la Tribune ce lundi soir. Avant de parler de son club, le dirigeant a été questionné sur son autre casquette, celle de Vice-Président de la Commission Technique de l'Union belge et sur l'avenir de Roberto Martinez à la tête des Diables Rouges, dont ladite commission est en charge. Le sélectionneur est en fin de contrat après la Coupe du Monde mais Mehdi Bayat a voulu démentir toutes les rumeurs amenant à un éventuel successeur de l'Espagnol, y compris celles menant à Michel Preud'homme.

"Non, je n'ai pas rencontré Michel Preud'homme" affirme Mehdi Bayat. "Si la Fédération l'a fait, je ne suis pas au courant. Je ne vois pas pourquoi nous le ferions alors que nous sommes en train de préparer la Coupe du Monde, avec Roberto Martinez comme sélectionneur. Il a qualifié la Belgique de manière exceptionnelle. Je ne vois pas pourquoi nous devrions rencontrer un potentiel autre entraîneur."

Il est vrai que cela serait aussi une manière de déjà anticiper l'après-coupe du Monde et éviter le vide en cas de départ de Roberto Martinez. L'Espagnol n'a jamais affiché officiellement sa volonté de poursuivre l'aventure. "Il est en fin de contrat mais qui vous dit que nous ne sommes pas en train de parler avec Roberto Martinez?" rétorque Mehdi Bayat. "C'est manquer de respect envers le sélectionneur national en place à qui nous avons donné la mission d'accompagner l'équipe belge en Russie. Il va souvent dans les stades en Belgique. Il participe à l'évolution de la cellule sportive de la Fédération. Il connait tout le monde par son prénom à Tubize. Il est très chaleureux et donne ses conseils. C'est un gentleman et ne va pas donc se positionner par rapport à son contrat. Il pourrait pourquoi pas resigner avant la Coupe du monde. Ce sont des discussions que nous devons avoir au sein de la commission technique. Mais la priorité, c'est de préparer la Coupe du monde."

Pour conclure, le dirigeant carolo estime que les performances des Diables rouges et la qualification pour la Coupe du Monde ont été banalisées. "Ce que je trouve triste, c'est que je me souviens d'une époque où lorsque la Belgique se qualifiait pour une Coupe du monde ou un Euro, c'était exceptionnel. Les Belges allaient dans la rue, tout le monde était content. Aujourd'hui, on s'est qualifié d'une manière historiquement et rarement faite. Je trouve qu'on banalise de trop cette qualification. Laissons le temps à Roberto Martinez de terminer sa mission. Je trouve qu'on ne doit pas manquer de respect et on doit le laisser faire son travail."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK