Back to the fifties

Thierry Luthers
Thierry Luthers - © RTBF.be

Le Standard dernier après 11 journées de compétition ? Comme en 1951. Hugo Koblet, le pédaleur suisse de charme a remporté la Grande Boucle, le grand comédien Louis Jouvet nous a quittés et, côté carnet rose, le Shah d’Iran a épousé la Princesse Soraya.

Pensionnaire interrompu de première division depuis 30 ans, le Standard se traîne en queue de classement. Certes, ce qui se passe en Corée est autrement plus préoccupant avec les troupes des Nations Unies, essentiellement américaines, qui viennent de franchir le 38ème parallèle et de pénétrer en Corée du Nord alors que l’armée du peuple des volontaires chinois s’apprête à entrer dans le conflit.

Mais, en bord de Meuse, on fait peu de cas de la situation internationale. Le Président Léon Rassart, bientôt en fin règne, et le secrétaire général Roger Petit, le véritable homme fort de Sclessin, viennent de provoquer une réunion de crise ; pourtant, le coach, l’affable Maurice Grisard, n’est pas encore sur la sellette malgré un bilan chiffré désastreux.

L’équipe ne manque pas de talents avec des garçons comme Fernand Boogaerts entre les perches, le solide Henri Thellin en défense, l’élégant meneur de jeu Denis Houf, le véloce ailier Jean Jadot, le buteur Jean Mathonet, ou le déroutant dribbleur hervien André Piters qui vient de rejoindre le matricule 16. Sans oublier l’Anversois Guy Thys sans doute promis à un bel avenir d’entraîneur vu sa bonne lecture du jeu.

Mais la sauce ne prend pas et il aura fallu attendre la dixième journée de compétition pour voir les Liégeois décrocher leur premier succès sans pour autant se défaire de cette encombrante lanterne rouge. C’est d’ailleurs tout le foot wallon qui est à la traîne dans cette division d’honneur qui changera d’appellation la saison prochaine pour devenir la première division. Charleroi et Tournai végètent aussi dans les tréfonds du classement. Mais le F.C. Liégeois sauvera magistralement l’honneur en coiffant les lauriers nationaux.

Fin du flash-back. Retour vers le futur.  Finalement, seul le club tournaisien fera la culbute, le Standard donnera le coup de rein nécessaire, terminant 13ème avant d’assurer son maintien au sein d’une élite qu’il ne devait plus jamais quitter depuis.

L’histoire, dit-on, repasse les plats. C’est ce que doivent penser aujourd’hui les partisans des "rouge et blanc".

Thierry LUTHERS

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK