Aron Dønnum et sa mentalité de leader débarquent au Standard : "Apporter de l'énergie positive et créer des occasions"

Le Norvégien Aron Dønnum, le nouveau N.11 du Standard, est impatient de faire ses débuts dans la compétition belge en compagnie de ses nouveaux coéquipiers. Le jeune ailier droit (il peut également jouer dans l'axe) de 23 ans aura toutefois sans doute besoin d'un temps d'adaptation, puisqu'il s'agit de sa toute première expérience à l'étranger.


►►► À lire aussi : Aron "Crazy" Dønnum se présente : "C'est un rêve d'enfant qui se réalise"


"En Norvège, par exemple, on ne joue que sur des terrains synthétiques, souligne le joueur arrivé en provenance de Vålerenga, qui s'est révélé lors de son prêt à HamKam, en D2 norvégienne, en 2018. Mais j'aime le foot, et cela reste le même sport ! Si j'ai été prêté en D2 à ce moment-là, c'était pour jouer. Car en foot, tu peux être aussi bon que tu veux, si tu ne joues pas, personne ne le voit ! Parfois, il faut savoir reculer pour mieux sauter. J'aime le foot, j'aime souvent toucher le ballon, et j'espère apporter une énergie positive à l'équipe, créer des occasions. Le championnat belge est d'un bon niveau, c'est différent de ce que j'ai connu en Norvège. Il y a plus de pressing, plus d'intensité, mais je pense que ça doit me convenir. C'est aussi l'impression que j'ai après mes premiers entraînements : c'est plus physique, il y a plus d'intensité. En Norvège, on court, mais ici, on court vraiment, ça ne s'arrête jamais !"

Aron Dønnum apprend aussi à connaissance avec Mbaye Leye, un jeune entraîneur. Et ça, ça lui plaît ! "J'ai un bon feeling avec lui, il était encore joueur il y a peu, il comprend cette génération. C'est un chouette gars, mais il veut qu'on fasse notre boulot quand on est à l'entraînement. J'étais un des leaders de l'équipe en Norvège, je pense que je peux l'être ici aussi. Là-bas, je parlais beaucoup au sein du groupe, cela faisait plusieurs années que je faisais partie de l'équipe, c'était normal ! Ici, je dois d'abord me sentir à l'aise avant d'éventuellement endosser un rôle de leader. Tout se passe très bien avec mes nouveaux coéquipiers. Ils ont été très chaleureux avec moi, tout le monde me parle, je ne m'attendais pas à un tel accueil ! Ils ont l'air de former une famille, j'aime ça. Et puis, le club a une histoire, les infrastructures sont parfaites... Tout est bien ici !"

La famille, c'est d'ailleurs quelque chose qui compte beaucoup pour le jeune Norvégien, qui livre quelques détails sur sa personnalité. "Quand tu grandis et que tu joues au foot, parfois, c'est dur, tu dois faire des choix... Et c'est toujours vers ma mère que je me tourne en premier pour demander conseil. Dans ma famille, nous sommes assez croyants. C'est important pour moi de croire en Jésus, en Dieu... Prier, je trouve ça réconfortant. Maintenant, je suis plus calme qu'avant : quand j'étais petit, je sautais partout, je faisais du ski acrobatique, du skate... J'étais un peu "Jackass" ! Je faisais peur à tout le monde. Aujourd'hui, j'ai plein de tatouages. Je ne sais même pas combien j'en ai ! Je mets de la passion dans tout ce que je fais."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK