Arbitrage vidéo : "Tout s'équilibre en fin de saison ? Cela n'a jamais été aussi faux !"

Dimanche dans Complètement Foot, David Houdret, Pascal Scimè, Alex Teklak et Rodrigo Beenkens sont revenus sur l’utilisation de l’arbitrage vidéo. Si les décisions qui y sont liées ont été plutôt positives, nos analystes regrettent une certaine forme d’injustice entre les clubs.

Rodrigo BEENKENS : "J’ai vraiment un problème avec la vidéo. Je vais essayer d’être clair pour qu’on ne me comprenne pas mal. Evidemment, il n’y a rien à dire sur l’arbitrage, il n’y a rien à dire sur le Club de Bruges, le but quand même c’est que les décisions soient justes, et les décisions ont été justes. Ce qui est complètement injuste, et je le redis, et nous en avons l’illustration totale aujourd’hui, ce qui contribue à la falsification complète de la compétition, c’est pourquoi mettons-nous la vidéo à Eupen - Bruges, et pas par exemple à Standard - Antwerp ou ailleurs. Cela veut dire qu’il y a quand même un match sur trois ou un match sur quatre où il y a la vidéo, et donc a fortiori la majorité des matches où il n’y en a pas. S’il n’y en a pas, et bien on n'a pas le même résultat. C’est ça qui m’énerve. C’est ça que je trouve totalement injuste. Et s’il manque, parce que c’est peut-être ce qui va arriver, imaginez qu’il manque deux points à Eupen en fin de saison pour se sauver, et bien on reparlera de ça. Eupen est à quatre points du quinzième, Eupen serait revenu à deux points. Je le redis, les décisions ont été bonnes, et tant mieux, Bruges ne méritait pas d’avoir un penalty contre lui, et méritait d’en avoir un pour lui, mais sapristi, que toutes les équipes soient mises à égalité. C’est la base du football. Ce n’est pas le cas. Aujourd’hui, Eupen paie très très cher cela. Je reçois des messages qui me demandent à quand remonte la dernière décision arbitrale défavorable à Bruges. On en arrive à des déclarations comme cela que je ne peux pas cautionner. Cela contribue à avoir ce genre de réactions, et ce n’est pas sain."

Pascal SCIME : "On l’a évoqué tout à l’heure, mais un truc qui nous a dérangé quand même, c’est que sur le penalty non accordé à Mbaye Leye, l’arbitre ne va même pas voir la vidéo. Il se fie au jugement du cinquième arbitre qui est dans la camionnette. Moi j’ai trouvé cela assez particulier. Et c’était une décision en faveur du Club de Bruges. Moi je n’y vois rien, mais j’ai trouvé cela spécial."

Alex TEKLAK : "C’est vrai que le cas particulier évoqué par Pascal était un peu spécial. Cela reste un peu mystérieux. Et en ce qui concerne la réflexion de Rodrigo, évidemment c’est injuste pour ceux qui n’ont pas pu en bénéficier à des moments cruciaux. Et cela finalement, c’est le hasard du calendrier qui a été fait en accord avec Johan Verbist en début de saison, où l’attribution de chaque match qui doit être arbitré par la vidéo a été faite, je ne vais pas dire au hasard mais presque, pour que cela soit plus ou moins équitable. Tenons compte aussi du fait que finalement, à Gand ils ont eu un problème avec la video. Rappelez-vous un match qui devait être sous VAR ne l’a pas été parce qu’il y a eu un problème technique. Et en plus de cela il y a eu des problèmes aussi dans des matches où la vidéo était disponible et applicable, où elle n’a pas été bien appliquée. En plus du fait que certaines équipes à des moments cruciaux n’auront peut-être pas pu bénéficier de l’appui de la vidéo. Elle a en plus été mal appliquée dans certains matches. Tout cela fait que finalement, on a l’habitude de dire le grand cliché que tout cela s’équilibre en fin de saison. Cela a toujours été faux, et je crois que ce ne sera jamais aussi faux que cette saison-ci."

Rodrigo BEENKENS : "C’est comme en Provinciales quand vous avez des matches avec des assistants ou sans assistants. […] Il ne faut pas avoir peur de le dire : de la même manière qu’un attaquant a le droit de rater un but, un arbitre a évidemment le droit de se tromper. C’est comme cela ! Le foot c’est cela ! C’est de ça qu’on parle le lundi ! Moi je n’en veux pas du tout aux arbitres, encore moins au Club de Bruges, mais je trouve que les gens qui décident chez nous doivent décider. C’est l’égalité des chances ! Ce système est complètement à côté de la plaque. Si Eupen - Bruges se dispute dans le championnat espagnol, Eupen a gagné hein, c’est tout."

Alex TEKLAK : "Moi j’avais proposé ça récemment. Bon, les clubs ne savaient pas les conséquences de tout cela, ils ne pouvaient pas le savoir. Pourquoi les clubs ne participent pas budgétairement finalement au financement de ces dizaines de matches qu’il manque au calendrier pour être arbitrés via la vidéo."

Rodrigo BEENKENS : "Quand on voit ce que coûte une descente, je pense qu’Eupen participerait volontiers à ces coûts-là."

Alex TEKLAK : "Tu as anticipé là où je voulais en venir. Ils auraient peut-être dû se concerter. Qu’il y ait un pourcentage des droits télé de chaque club qui aille au financement de ces matches. Alors vous allez me dire que c’est du bricolage si une fédération ne sait pas assurer cela, mais il faut avoir les moyens de ses ambitions. En attendant, on parle de tests online cette année, mais des tests online qui auront eu des conséquences sur l’attribution de certains points et c’est important, notamment pour la descente effectivement, et certainement en ce qui concerne Eupen."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK