Anderlecht-Standard (3/5) : un avocat buteur, de la gueuze et de drôles de hors-jeux...

Anderlecht-Standard (3/5) :
5 images
Anderlecht-Standard (3/5) : - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Suite de notre série sur les Clasico atypiques, avant le choc Anderlecht-Standard de la 14e Journée, dimanche à Bruxelles. Le 218e Clasico de l’Histoire. Le 195e parmi l'élite. Une Histoire entamée il y a… 101 années. Et parsemée de croustillants épisodes.
 

>>> A LIRE AUSSI : Anderlecht-Standard (1/5) : un huis clos, des poules et un Mpenza

>>> A LIRE AUSSI : Anderlecht-Standard (2/5) : un Bombardier, une trompette… et un rhétoricien

24 novembre 1935 : le Clasico... le plus disproportionné (0-5)

C’est l’entre-deux Guerres, en pleine montée des extrêmes. Au plus fort de la Collaboration, Léon Degrelle tient meeting rexiste au Cirque Royal, la Reine Astrid succombe en Suisse à un crash en voiture. Le cycliste Jean Aerts (et futur pilote de Luc Varenne à moto sur les routes du Tour de France…) devient Champion du Monde à Floreffe… et la célèbre abeille pointe son museau pour l’ouverture de Meli Park.

Mais la planète foot a fort à faire en ce 24 novembre : l’Union Belge a programmé… pour la même heure le choc au sommet Union-Daring et le futur Clasico naissant : Eleven Sports et Nils Van Branteghem, le manager actuel du calendrier, ne sont pas encore nés pour nous concocter un week-end de foot tout plein de match isolés…

Il y a pourtant foule au Parc Communal d’Anderlecht " rapporte Alban Colfils (!), l’envoyé spécial du journal Les Sports, pour ce duel mauve-rouche… qui tournera à la confusion totale des visités. Il faut dire que le Sporting vient de remonter en Première Division (qu’il ne quittera plus jamais)… et que le Standard exhibe, de stade en stade, son attaque-mitraillette.

Vaillant frisé…

La première gâchette se nomme Jean Capelle, meilleur buteur rouche de tous les temps, du haut de ses 245 buts en 285 matches. À lui seul, le puncheur endosse cet après-midi-là quatre des cinq goals visiteurs, synonyme de score de forfait. Même le journaliste des Sports semblait distrait : Alban Colfils n’a vu… que 3 des buts de Capelle, qui lui " apparaît moins précis que de coutume, même s’il manifeste bien du mordant ". Le cinquième but liégeois est l’œuvre d’Edgar Balthazar, que le reporter qualifie de " vaillant frisé " (sic !).

Jean Capelle stoppera sa carrière à 26 ans, freiné par la Guerre de 40-46, et deviendra un renommé avocat. Notamment… pour un autre buteur rouche, Roger Claessen, qu’il sortira plusieurs fois du gnouf, après des frasques bien à lui. Orateur convaincu, Jean Capelle donnait des conférences où on l’interrogeait sur sa carrière : " Le football n’est rien d’autre qu’un jeu. Et quand vous jouez, vous avez généralement un gagnant et un perdant. Mais tout comme le profit ne peut conduire à l’arrogance, la perte ne doit pas engendrer le désespoir. "

Face aux arrières, Capelle employait moins d’apostrophes et guillemets. En fin de saison, il échouera pourtant, avec ses 29 buts, à 8 longueurs du pichichi officiel, un certain Florent Lambrechts (Antwerp), retombé dans les limbes de l’Histoire.

Petit versus Vanden Stock… déjà

Dans la compo du Standard, ce jour-là, on retrouve aussi les frères Roger et Jean Petit. Le premier deviendra le patron du grand Standard des années 60-70 tandis que son aîné, médecin de formation, périra dans un bombardement allié… la veille du Débarquement, en rendant visite à ses patients. Ce Clasico labellisé 1935 aurait pu opposer deux futurs grands ennemis du pouvoir footballistique belge : Roger Petit, pourfendeur de ce qu’il nommera " l’anderlechtisation du football belge " était fit and well, au contraire de Constant Vanden Stock, taulier des Mauves mais absent pour blessure (comme souvent durant sa carrière de joueur). La gueuze et une carrière de dirigeant lui souriront davantage…

Malgré le score, le journaliste loue le courage d’Anderlecht, dont la défaite est attribuée pour une grand part à " l’arbitrage très faible de Mr Turfkruyer, un referee ayant une conception très particulière des règles du hors-jeu. " Car le Sporting est qualifié d’" onze sympathique, méritant un meilleur classement, mais alignant trop de joueurs au modèle réduit (sic) et coupables de nombreuses combinaisons piteusement terminées ". Comme en 2020, le Sporting 1935 semble manquer de qualités athlétiques au milieu et d’un tueur devant…

Jeu au pied…

Selon le brave Alban Colfils toujours, la tradition des grands gardiens de Sclessin n’est pas encore en vue : au portier liégeois Bergmans, le journaliste recommande " de surveiller le blocage du ballon et d’intervenir moins fréquemment du pied " (sic). Les pseudo-experts créchaient donc déjà en tribune de presse...

En fin de saison, le Standard (seul club wallon de l’élite entre 4 Bruxellois, 3 Anversois, 2 Brugeois, 2 Malinois et 2 Lierrois…) finira deuxième derrière le Daring, dont le titre met fin à la longue hégémonie de l’Union Saint-Gilloise. Laquelle ne gagnera plus jamais le moindre trophée. Sauf de la zwanze, bien sûr...

 

(Série à suivre demain)

Episode 01 : Un huis clos, des poules et un Mpenza

Episode 02 : Un Bombardier, une trompette… et un rhétoricien

Le palmarès en vidéo : Les confrontations entre Anderlecht et le Standard

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK