Anderlecht n'ira pas en appel contre la fermeture partielle de ses tribunes le 7 mars

Anderlecht n'ira pas en appel contre la fermeture partielle de ses tribunes le 7 mars
Anderlecht n'ira pas en appel contre la fermeture partielle de ses tribunes le 7 mars - © KURT DESPLENTER - BELGA

Le RSC Anderlecht a annoncé ce mardi soir qu'il n'irait pas en appel de la décision de la Commission des litiges de la fédération belge (RBFA) de condamner le club à fermer une partie de sa tribune nord et à payer une amende de 5.000 euros. Cette sanction fait suite au pétard qui a explosé près de Simon Mignolet lors du sommet face au Club Bruges.

La défaite 1-2 face au Club du 19 janvier dernier avait été difficile à avaler pour certains membres du noyau dur d'Anderlecht. En effet, un supporter avait lancé un pétard dans le petit rectangle du portier brugeois Simon Mignolet. Vincent Kompany avait alors dû venir calmer les supporters bruxellois.

Le RSCA a dû comparaître le mardi 4 février devant la Commission des litiges et la sanction est tombée une semaine plus tard. Le procureur fédéral Kris Wagner avait exigé une amende de 2.500 euros mais le verdict final est bien plus lourd. Non seulement, les Bruxellois ont écopé de l'amende maximale mais il a également été décidé qu'une partie des tribunes serait fermée pour la réception de Zulte Waregem le 7 mars prochain. Il s'agit des blocs N0, N1, N2, N3, N4, N5 et N6.

Anderlecht risquait un match à huis clos suite à une décision de la Cour Belge d'Arbitrage pour le Sport (CBAS) après les incidents qui avaient mené à l'arrêt du Clasico sur la pelouse du Standard la saison dernière. Ces derniers mois, le RSCA est également passé cinq fois devant les commissions disciplinaires pour l'usage de matériel pyrotechnique.

Le club bruxellois veut donner un signal clair, éviter une procédure disciplinaire, en se concentrant sur le sportif et accepte donc la décision. "Cette punition sévère est le résultat de divers incidents qui ont impliqué du matériel pyrotechnique, lors de matchs à domicile et en déplacement, pour lesquels le club a été condamné à chaque fois à une amende", explique le club dans un communiqué. "La sécurité des supporters, des joueurs, des arbitres, des stewards et des collaborateurs, des médias et du club doit être garantie à tout moment. C'est pourquoi l'usage de matériel pyrotechnique n'a pas sa place dans un stade de football."

Anderlecht regrette "qu'une majorité soit punie après le mauvais comportement d'une petite minorité" et "continue à tout mettre en oeuvre pour éviter ce genre d'incidents".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK