Anderlecht écarte Genk grâce à sa classe biberon et retrouve le Top 4

Anderlecht tient sa victoire référence ! Alors qu’il avait souvent tendance à céder dans les dernières minutes cette saison, le Sporting a tenu bon pour empocher une victoire prépondérante face à Genk ce dimanche. (1-2)

Les Bruxellois avaient pourtant été cueillis à froid dès le début de match sur une erreur du tandem Ait El-Hadj-Miazga, fructifiée par Bongonda. Mais les ouailles de Kompany ont réagi dans la foulée, égalisant grâce à un but (chanceux) d’Amuzu puis passant devant grâce au tout premier but d’un Ait-El Hadj revanchard.

Grâce à ces trois points ô combien importants, les Mauves dépassent le trio Standard-Ostende-Charleroi pour s’installer à la 4e place (41 points), à deux points de leur adversaire du jour, Genk (3e, 43 points).


►►► À lire aussi : Premier but pro pour l'Anderlechtois Ait El-Hadj : "Pour me faire pardonner, je devais marquer"


 

Le résumé d’un match plaisant :

Pire équipe du championnat à l’extérieur, Anderlecht veut mettre le turbo d’emblée pour enrayer cette infernale spirale négative. Malheureusement, les timides velléités bruxelloises sont tuées dans l’œuf après deux petites minutes..

Mis sous pression par le rideau limbourgeois, Ait El Hadj se dégage difficilement en retrait. La passe vers Miazga est mal calibrée et (trop) facilement interceptée par Bongonda. Alors qu’il n’a plus marqué depuis 8 matches, le Belge ne se fait évidemment pas prier pour crucifier un pauvre Wellenreuther. C’est déjà 1-0.

Dos au mur, le Sporting tente de réagir. Mais avec un Nmecha qui décroche très (trop ?) bas, la présence bruxelloise dans le rectangle est famélique. Résultat, la possession de balle n’est que stérile, la défense genkoise n’étant quasiment pas inquiétée.

Il faut attendre la 20e minute pour voir le Sporting mettre le nez à la fenêtre. Une première incartade, directement fructueuse pour Anderlecht. 

La classe biberon remet Anderlecht sur les rails

Pas attaqué aux vingt mètres, Amuzu déclenche une lourde frappe flottante qui s’écrase sur le poteau avant de...toucher le dos de Vukovic et de rebondir dans le but. Vincent Kompany en sourit, c’est effectivement un brin chanceux mais Anderlecht revient dans la partie ! (1-1)

Subitement sur du velours, les Mauves maintiennent leur fragile couteau sous la gorge de Limbourgeois désormais assiégés. Trois minutes après le but égalisateur, Sambi Lokonga lance Aït El-Hadj dans la surface d’une diabolique louche. Le contrôle du jeune Bruxellois est parfait, sa reprise en demi-volée aussi. Vukovic est battu, c’est 1-2 ! 

Désormais dans le rôle de chassé et non plus de chasseur, ce jeune Anderlecht adopte une philosophie nouvelle, plus attentiste, plus repliée, peut-être plus mature. Et Genk, pourtant la 2e meilleure artillerie offensive de l’élite, ne trouve pas la solution, muselée par un impeccable Delcroix

A la demi-heure, Anderlecht passe même à quelques centimètres du break et Amuzu, pourtant fustigé pour son sempiternel manque de réalisme, d’un rarissime doublé personnel. A nouveau mis sur orbite par le maestro Sambi Lokonga, Amuzu lobe Vukovic mais sa tentative est dégagée, in extremis, par un retour de Lukumi sur la ligne. Rideau.

Genk revient à l’assaut

Requinqué par une entracte salvatrice, Genk revient sur la pelouse avec de meilleures intentions. Mais comme en première mi-temps, la reprise aérienne de la tour de contrôle Paul Onuachu s’envole en tribunes…

Anderlecht est bien dans son match et colmate sereinement les timides incartades adverses. Attention cependant à ne pas galvauder, tant le matelas d’un but d’avance est fin. En supériorité manifeste en contre-attaque (4 contre 1), les Mauves s’emmêlent les pinceaux et Mukairu, fraîchement monté s’empale sur Cuesta. 

Rebelote quelques minutes plus tard avec toujours un Mukairu intenable dans le rôle de catalyseur. Exilé côté gauche, le Nigérian rentre dans le jeu (et la surface) mais sa frappe puissante flirte avec le poteau de Vukovic.

Alors que le compteur tourne, Genk, lui, tente son baroud d’honneur. A cinq minutes du terme, Munoz s’échappe côté droit et distille une merveille de centre qui trouve le crâne de Bongonda. En pleine extension, le Belge catapulte sa reprise au dessus des cages de Wellenreuther. C'est la dernière alerte dans le camp d'un Anderlecht qui en profite pour empocher trois points prépondérants.

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK