Alex Teklak : "Les responsabilités sont partagées dans l'actuelle saison des Anderlechtois"

Anderlecht a trébuché à Eupen (2-1). David Houdret, Pascal Scimè et Alexandre Teklak, l'équipe de Complètement Foot, reviennent sur ce nouveau faux-pas mauve et tentent d'en déterminer les responsabilités.

Le Sporting, éliminé en Coupe et mal embarqué en Europa League, est 4e en Pro League avec déjà 7 points de retard sur Genk. Quand les résultats ne sont pas au rendez-vous, l'entraîneur est souvent le premier visé. "La part de responsabilité de Hein Vanhaezebrouck est égale au poste qu’il occupe à Anderlecht. Il est responsable des résultats sportifs puisqu’il est entraîneur", affirme Alex Teklak. "C’est vrai qu’à un moment, il y a eu une grosse crise autour de lui et une grosse pression avant le match contre Zulte-Waregem où ils vont gagner. Là où les joueurs ont plutôt été derrière lui parce qu’ils ont quand même livré une prestation qui était assez conquérante. Il faut quand même rappeler dans quel contexte il arrive à Anderlecht. C’est suite à la période Weiler à qui on reprochait de ne pas très bien jouer au foot."

Est-ce que l’équipe joue mieux ? "L’équipe a mieux joué à certains moments contre des équipes qui étaient à leur portée. Mais dès que le niveau s’élève un peu, c’est vrai qu’ils patinent. Et dès qu’il y a des joueurs importants qui ne sont pas là, ils patinent encore plus. […] On connait tous Vanhaezebrouck et ses principes de jeu, et ce qu’il a fait à Gand était remarquable. Je pense que c’est vraiment un bon entraîneur. Il a parfois trop tendance à parler comme un consultant et pas comme un entraîneur dans ses analyses de match. Il a parfois tendance à un peu trop tuer ses joueurs. Mais il est comme ça. Il a une forte personnalité et de l’orgueil. Est-ce qu’il en a de trop ? Peut-être. Moi j’ai toujours dit que la seule crainte que j’avais avec Hein, c’était qu’à un moment donné, il ne comprenne pas que l’institution du club est au-dessus de lui. Ça c’est une certitude. Il est allé jusqu’à se disputer avec les supporters il n’y a pas longtemps. La situation de toute façon elle n’est pas claire, elle est bancale."

Mais HVH n'est pas le seul responsable. La nouvelle direction, arrivée en cours de saison dernière, a peut-être voulu aller trop vite. "Là où les dirigeants ont eux aussi une part de responsabilité, c’est que quand tu arrives dans une entreprise et que tu la rachètes, la restructuration doit se faire par étapes, de manière évolutive mais aussi en ciblant les besoins prioritaires. Les besoins prioritaires d’Anderlecht, pour Coucke et Devroe, c’est de tout de suite marquer le coup sportivement. Ce que veulent voir les supporters, c’est un changement au niveau sportif parce qu’ils en avaient marre de l’époque Weiler. Mais ils ont voulu faire beaucoup de choses en même temps. Plutôt que de virer tout l’ancien personnel, il y avait des priorités au niveau de l’encadrement sportif. Je pense qu’ils auraient dû engager leur énergie à élaborer un plan de bataille sportif avec l’entraîneur."

"Je pense que le supporter n’est pas idiot. Le supporter aime son club, il veut bien entendu que son club gagne", reprend Pascal Scimè. "Dès le départ, je pense qu’il y a eu un vrai problème de communication. Si dès le départ, le duo Coucke – Devroe annonce la couleur en disant qu’ils ont une nouvelle direction, que c’est leur premier mercato et qu’il ne faut pas les juger sur celui-ci mais attendre janvier ou le prochain mercato d’été… Qu’ils vont essayer de lancer des jeunes anderlechtois, qui ne sont peut-être pas prêts maintenant mais qui plus tard auront l’ADN anderlechtois. Dire qu’ils vont essayer d’être champions cette saison mais qu’ils ne le seront peut-être pas… Le supporter aurait pu accepter cela."

Le noyau a été complètement modifié cet été. "Je crois qu’il y a eu une volonté de Vanhaezebrouck d’avoir rapidement des joueurs. Marc Coucke s’y est plié avec l’arrivée de Makarenko et tous ces joueurs qui sont arrivés très tôt", rappelle Alex Teklak. "Le problème c’est qu’il y a eu une part de bluff à Anderlecht à cause du calendrier. Lors des quatre premiers matches, ils ont affronté des équipes abordables. Santini et Dimata mettent des buts à la pelle et puis il y a le premier couac à Charleroi. Ce jour-là, Vanhaezebrouck a envoyé un premier signal d’alarme en disant que cela n’allait pas être aussi facile. Je crois que Vanhaezebrouck a été très conscient de la qualité des joueurs mis à sa disposition, et je vais vous dire : il ne faut pas croire que Vanhaezebrouck a été d’accord avec tous les transferts qui ont été faits. Je vous le dis de source sûre. Notamment le transfert de Sanneh. Il voulait avoir un défenseur central, mais pas à 8 millions. Sanneh, vu les qualités du garçon, c’est 2,5 millions OK. Ce n’est pas méchant vis-à-vis du garçon… Donc effectivement, je pense que les transferts n’ont pas été assez bons à Anderlecht. Je partage l’avis de Bertrand Crasson quand il dit que cette équipe manque de qualité. Et cela, Vanhaezebrouck n’en est pas responsable. Je ne veux pas jeter la pierre gratuitement sur Devroe et Coucke mais ils sont aussi face à leurs premières responsabilités d’un mercato qu’ils devaient organiser. […] Je pense qu’on ne peut pas les juger sur ce mercato. Il faut aussi laisser quelques saisons à ces personnages-là dans un nouveau club où ils sont en train de tout changer."

Malgré les nombreux transfert, Vanhaezebrouck a fait de la place pour les jeunes pousses de Neerpede. "Ils ont quand même lancé des jeunes, chose qui n’était plus arrivée depuis pas mal d’années à Anderlecht, à part pour les arrivées spontanées de Dendoncker et Tielemans. On peut dire que Vanhaezebrouck en a eu dans le pantalon de lancer les gamins", lance Alex Teklak. Il n’a pas hésité avec Bornauw et Saelemaekers. Tous les entraîneurs ne l’auraient pas fait. C’est un point positif à mettre à son actif. Encore une fois, je n’ai rien pour ni contre. Mais il faut aussi être objectif. Et je pense que les responsabilités sont quand même partagées dans l’actuelle saison des Anderlecthois. "

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK