Ait El Hadj sous la loupe de son ex-coach chez les jeunes : "Anouar voit plus vite que les autres"

"J’ai tué les filets." Une si jolie formule claquée face aux micros, dimanche soir, après son but dans la nuit de Genk. "Anouar m’a tuer" aurait paraphrasé l’équipe d’en face, façon Omar m'a tuer, le film de Roschdy Zem. D’une frappe sèche dans le plafond de Dany Vukovic, Anouar Ait El Hadj a griffé la meilleure prestation mauve cette saison, ouvrant son compteur statistique depuis qu’il a intégré le onze labellisé BX de Vincent Kompany.

"Ce qu’Anouar montre aujourd’hui ne surprend personne à Neerpede", explique son coach (NDLA: que la direction du Sporting nous demande de ne pas nommer...) durant deux saisons chez les U17 et U18 mauves. "Anouar a toujours eu cette facilité au ballon : il joue en une touche, il demande le cuir, il fait jouer les autres, et aujourd’hui il transpose simplement tout ça dans le foot des adultes. Des ‘comme lui’, on n’en a pas beaucoup chez les jeunes ! Il voit plus vite que les autres, je l’ai fait monter chez moi quand il était encore U16. Il est aussi très réfléchi et toujours à l’écoute : prendre la grosse tête, c’est sans risque avec lui ! La philosophie Kompany, centrée sur les combinaisons, l’audace et les passes courtes, lui convient parfaitement : avec un autre coach, il n’aurait peut-être pas explosé ainsi ! Et il n’est pas sensible à la pression : au contraire, il jouera encore mieux quand le public reviendra au stade. Les fans vont l’adorer, ça va le booster !"


►► À lire aussi : Premier but pour l'Anderlechtois Ait El-Hadj : "Pour me faire pardonner, je devais marquer"


Plus de rendement…

Grandi dans le foot de rue à Molenbeek, Ait El Hadj y fréquente toujours ses potos. Sur une vidéo postée sur la toile, il raconte comment ce street-soccer l’a formé : "Il faut se battre pour survivre dans nos petits matches, il y a plus de stress ici qu’au Lotto Park !" explique Anouar avant de partir dans un éclat de rire.

"Il y a chez lui quelque chose de Charly Musonda dans sa capacité à faire jouer les autres, il a aussi du Matias Suarez et du Mbark Boussoufa" reprend notre interlocuteur. "Mais surtout Il me fait penser à Yari Verschaeren, pour ses qualités techniques évidemment, mais aussi pour sa mentalité : c’est quelqu’un d’humble qui va toujours privilégier le collectif, c’est ce qui le rend du coup très apprécié dans les groupes qu’il fréquente. C’est trop même : il préfère souvent donner l’assist que de marquer lui-même… Je me suis souvent fâché sur lui car je lui demandais davantage de rendement. C’est pour ça que je suis content pour lui qu’il ait marqué dimanche. Mais hier, je lui ai envoyé un texto en lui disant qu’il ne devait pas s’enflammer et continuer à travailler dur. Je lui ai cité le nom de 6 ou 7 autres grands talents mauves que j’ai eus et qui étaient aussi promis au plus bel avenir… mais qui se sont perdus après. Anouar doit savoir qu’à un moment, ça ira moins bien pour lui… Il m’a répondu : ‘T’inquiètes, Coach, je sais tout ça !’ Il a la tête bien sur les épaules."

Douze fois titulaire

2 images
Ait El Hadj vu par son coach chez les jeunes : "Anouar voit plus vite que les autres" © KURT DESPLENTER - BELGA

28 juillet 2019, premier match du joueur-entraîneur Vincent Kompany de retour dans la maison mauve pour son grand projet jeunes. Un petit format tonique aux pieds bioniques pointe son nez les 3 dernières minutes, en remplacement de Pieter Gerkens : c’est la première apparition en équipe A d’Anouar Ait El Hadj. Sa première titularisation tombe un an plus tard, face à Saint-Trond, pour la 2e journée de la saison en cours. C’est comme si Vince The Coach en avait déjà fait un de ses pions de base : sur ses 16 caps (Coupe comprise),  le jeune numéro 10 a démarré… 12 fois comme titulaire !

"Avec son jeu, on peut redouter qu’il se fasse matraquer par les défenseurs… mais je n’ai pas cette crainte" reprend son coach en U17 et U18. "Anouar a cette arrogance naturelle dans son jeu qui fait le label anderlechtois, mais il a appris à ne pas en faire trop. Ce n’est pas un joueur qui va provoquer en corps-à-corps, il ne va pas faire des petits ponts mais toujours chercher le geste utile : il ne porte pas le ballon, il sait le lâcher rapidement, il évite les duels parce qu’il est toujours dans l’anticipation. Son plus gros point de travail sera d’être présent dans les matches difficiles où le Sporting est privé du ballon. Il n’a pas forcément le charisme ou le leadership mental d’un Youri Tielemans (NDLA : notre interlocuteur a aussi coaché la fameuse génération 97 avec Tielemans, Lukebakio, Kabasele, Leya Iseka et De Medina) qui tirait l’équipe derrière lui dans les moments délicats. Car Anouar est d’abord un leader technique qui va s’imposer par son jeu. Mais il a le coffre nécessaire pour faire les courses défensives et la mentalité tournée vers le travail."

Contrat minimum

La suite de sa réussite dépend aussi forcément de sa capacité à gérer les événements. Ait El Hadj a arrêté l’école avant l’obtention de son diplôme secondaire, il mise donc tout sur le football…

"Ce n’est pas un problème, car c’est le cas de nombreux jeunes… En fait, notre projet Purple Talents, qui associait réussite sportive et réussite scolaire, a un peu déformé le prisme en faisant penser qu’il était devenu la norme. Mais on peut réussir une belle carrière sans avoir son diplôme, car tout comme l’école, le sport donne une structure : il implique un objectif, une rigueur, de la planification et du travail. Anouar a grandi dans une famille équilibrée, avec un papa très soutenant mais jamais interventionniste… comme tant d’autres parents qui veulent jouer les coaches ou les agents. Anouar n’est pas un enjeu de réussite pour sa famille : jamais l’argent n’a été mis en avant. Quand il a signé son premier contrat, il s’est satisfait du contrat minimum sans jamais rien revendiquer. Dans sa famille, tout est pensé dans l’intérêt d’Anouar, dont le papa a toujours été très cadrant et très exigent. Je ne me fais aucun souci pour lui."

Les défenses adverses, elles, s’en font pour elles-mêmes…

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK