À Anderlecht, Tessa Wullaert porte le même numéro… que Vincent Kompany !

Karel Van Eetvelt, Tessa Wullaert et Patrick Wachel.
Karel Van Eetvelt, Tessa Wullaert et Patrick Wachel. - © Tous droits réservés

Un gros coup médiatique ! Un an après le rapatriement de Vincent Kompany, Anderlecht a donc signé la meilleure joueuse belge actuelle en la personne de Tessa Wullaert. L’analogie ne s’arrête pas là : la capitaine des Red Flames portera le n°27, le même numéro… que celui que Vincent Kompany arborait lors de sa première carrière en mauve.

Vous me l’apprenez, je ne le savais pas et c’est un pur hasard… mais c’est cool ! " réagit la triple Soulier d’Or, lors de sa présentation à la presse ce mardi. " J’ai choisi ce numéro parce que c’est… mon âge actuel ! (rires) Mais je n’ai pas encore croisé Vincent ici. On s’était un peu parlé à City quand il était blessé, mais il n’avait pas beaucoup de temps. Ici, je suis persuadée qu’on va se croiser souvent ! Si on va essayer, comme l’équipe masculine, de jouer le même système de jeu que Manchester City ? Je ne sais pas, c’est le coach Patrick Wachel qui décidera… Mais si je peux donner des conseils avec mon expérience et ma vista, pourquoi pas ? Lors de mes 5 années à l’étranger, à Wolfsburg et City, j’ai appris pas mal de choses et je compte bien les transmettre à mes équipières, comme je le fais déjà chez les Red Flames"

Sacré champion anticipativement suite à l’arrêt de la saison des suites du Covid-19, le RSCA Dames compte bien proroger sa suprématie sur un championnat qui va repasser à 10 équipes. Mais où les Mauves font toujours figure d’épouvantail.

Un peu comme avec Vincent il y a un an, le fait d’attirer Wullaert ici est un signal fort pour nos jeunes talents " explique le coach Patrick Wachel. " Ça va les motivant à s’impliquer encore plus pour progresser. Mais cela va aussi les inciter… à rester au Sporting car, comme chez les garçons, on vient nous chercher nos meilleures joueuses dès l’âge de 16 ans. Je connais bien Tessa, je l’ai déjà eue il y a quelques années et elle va nous apporter sa grinta, sa vitesse, sa technique et sa vista. Tessa, c’est vraiment la cerise sur le gâteau pour un coach. Et pour elle, ce n’est pas forcément un pas en arrière : on a eu de premiers contacts en janvier, elle a eu le temps de réfléchir et elle a aussi posé un choix familial, car elle voulait aussi revenir près de ses proches. "

La plus chère de l’Histoire mauve ?

Tessa Wullaert avait, murmure-t-on des offres du PSG, d’Ajax, du PSV et de l’Atletico Madrid. En fin de contrat à City, Anderlecht n’a donc rien dû dépenser en montant de transfert mais a dû allonge le budget-salaire. Car même si on est loin ici des normes masculines, Wullaert est évidemment la joueuse la plus chère de l’Histoire du Sporting… où elle avait déjà joué en 2012-13.

Moi, la plus chère ? Je ne sais pas, vous devez poser la question à la direction " rigole l’intéressée. " Disons que chacun a dû mettre de l’eau dans son vin... Mais c’est comme revenir à la maison : j’avais 20 ans quand je suis partie et entre-temps tout a changé ici. Le club investit dans un nouveau projet, tout est plus professionnel, et tout cela a pesé dans mon choix. On me parle de pas en arrière, mais je ne suis pas d’accord. C’est bien pour ma confiance car je vais enfin rejouer à ma meilleure place, ce qui n’était pas le cas à Manchester. Et puis je n’ai que 27 ans : peut-être que je repartirai un jour pour d’autres aventures, mais je décide toujours au feeling en suivant mon cœur. Mais aujourd’hui, Anderlecht est the right team at the right time. Alors, pourquoi changer quand on est heureuse ?

Égalité des salaires ?

D’autant que le foot féminin poursuit son boom chez nous : la saison qui s’ouvre fera l’objet d’une couverture télévisée… avec le Clasico entre Mauves et Rouches pour débuter.

Je suis confiant que le boom actuel ne sera pas que feu de paille " reprend Wachel. " On critique notre championnat mais les matches contre Genk, Bruges ou le Standard sont très disputés. Dernièrement, les Red Flames ont fait jeu égal avec l’Angleterre, demi-finaliste du dernier Mondial. Et à l’étranger, les stades féminins sont régulièrement pleins. Je suis convaincu que les investissements vont se poursuivre et que les différences de traitement avec les hommes vont se gommer. Même si je vois encore beaucoup de dirigeants… faire semblant de nous soutenir. En tant que professionnelles, les Red Flames accèdent directement au diplôme UEFA-A, on aura bientôt plus de coaches féminines. Même les… agents approchent nos joueuses : il y a 2 ans, trois de mes joueuses seulement avaient un manager; aujourd’hui dans mon noyau de 20 joueuses, elles sont 17 dans le cas ! "

De là à voir les salaires de ces dames rattraper ceux de leurs homologues masculins, comme c’est le cas dans les équipes scandinaves ?

J’espère un jour que cette égalité salariale sera une réalité… mais moi, je suis née trop tôt pour cela " conclut Tessa Wullaert. Avec un rictus...

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK