10 défenseurs centraux : Anderlecht doit absolument dégraisser son noyau

Marco Kana devra prendre sa place dans la défense cette saison.
Marco Kana devra prendre sa place dans la défense cette saison. - © JOHAN EYCKENS - BELGA

Anderlecht est en pleins préparatifs de la saison 2020-2021, avec un effectif qui se dessine. Problème, beaucoup de joueurs sont revenus de prêt et coûtent cher au club. En défense, c’est même l’embouteillage.

Dix joueurs pour deux places de titulaire : c’est la situation ubuesque dans laquelle se trouve le Sporting d’Anderlecht. Vincent Kompany, Elias Cobbaut, Derrick Luckassen, Marco Kana, Josué Sa, James Lawrence, Bubacar Sanneh, Antonio Milic, Hannes Delcroix, Ognjen Vranjes en attendant un éventuel retour de Philippe Sandler, sont les défenseurs centraux qui composent le noyau. C’est évidemment trop. Malgré l’augmentation de capital communiquée au début du mois de juin, le club est dans la nécessité de diminuer sa masse salariale.

Kompany et Luckassen comme certitudes, et puis ?

Kompany, pièce centrale du projet mauve pour le présent et l'avenir, est une certitude. Derrick Luckassen, dont le prêt sec d'un an supplémentaire a été officialisé mardi, a prouvé la saison dernière qu'il était indispensable aux Mauves, tant en défense centrale que lorsqu'il était décalé sur le flanc droit.

Derrière, les joueurs prêtés de la saison dernière peuvent tous se trouver un nouvel employeur. Bubba Sanneh, qui avait coûté un pont d'or à Marc Coucke, avait été casé en Turquie puis à Ostende. Les Anderlechtois seraient désormais prêts à le laisser partir pour une somme dérisoire, pour se débarrasser de son salaire qui tourne autour des 800.000€ annuels.

Les cas des Lawrence, Milic, Josué Sa et Vranjes sont similaires. Tous prêtés la saison dernière, les agents s'affairent pour leur trouver une porte de sortie définitive. Aucun ne représente une valeur marchande mirifique. L'un ou l'autre pour hériter d'une chance en équipe première en début de saison mais ils ne sont pas des solutions à long terme.

La donne est différente pour Elias Cobbaut, qui présente l'avantage d'avoir porté le maillot des Diables rouges, d'être gaucher et relativement jeune (22 ans). La saison dernière déjà, il avait été courtisé par Sheffield United. Vincent Kompany ne serait pas opposé à un départ du joueur, pas plus que la direction, tentée par un deal "à-la-Saelemaekers". Anderlecht continue dans l'idée qui était déjà la sienne la saison passée. Faire éclore des jeunes, les faire grandir un ou deux ans et les revendre à l'Europe, avant même leur pleine maturité. Sebastiaan Bornauw avait lui aussi expérimenté cela en partant à Cologne pour 8M€

Kana, l'héritier

Lancé dans le grand bain la saison dernière, Marco Kana a prolongé et pourra, à terme, devenir la référence du secteur défensif à Anderlecht. A 17 ans, celui qui a disputé 15 rencontres la saison dernière pourrait voir son temps de jeu grossir. Point d’interrogation autour de Hannes Delcroix, qui revient d’un prêt au RKC Waalwijk. A 21 ans, il aimerait être fixé sur son sort.

Enfin le cas Philippe Sandler fait débat. Le Néerlandais, prêté par Manchester City, avait montré qu’il était le complément impeccable à Vincent Kompany. Sa qualité de relance et son sens de l’anticipation en ont fait un titulaire en puissance jusqu’à ce qu’il se blesse au genou, comme hélas trop souvent depuis le début de sa carrière. Il n’est pas une garantie de temps de jeu. Anderlecht lui donnera-t-il une saison de la deuxième chance en payant à nouveau Man City pour ses services ? Au vu de la quantité de défenseurs centraux actuellement, il est permis d’en douter.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK