Le football amateur déjà perturbé par le coronavirus : casse-tête en vue et saison blanche à venir?

Les reports s'accumulent en raison du coronavirus
Les reports s'accumulent en raison du coronavirus - © OLIVIER VIN - BELGA

Le football amateur a repris il y a quelques semaines mais les rencontres reportées sont déjà nombreuses. En cause le coronavirus puisque dès qu'un cas positif est détecté avant un match, celui-ci est immédiatement remis. Si les championnats ne sont pas encore menacés, on se dirige vers un véritable casse-tête pour recaser toutes les rencontres postposées.

Comme de nombreux clubs amateurs, le FC Péruwelz n’est pas épargné par le coronavirus. Plusieurs cas ont été détectés au sein de cette équipe qui évolue en première provinciale hennuyère. Le groupe est à l’arrêt forcé et ce n’est pas sans conséquence sur la motivation des joueurs. "On était très motivés à l’idée et reprendre le championnat et nous voilà interrompus pendant deux semaines" regrette l’entraîneur Jonathan Krys. "Quand on pourra reprendre les entraînements et la compétition et que l’on sera prêt pour jouer un match, peut-être que cette fois-là, ce sera notre adversaire qui sera à l’arrêt. J’ai déjà entendu plusieurs de mes joueurs dire que si cela continue, ils vont vite arrêter la saison." La situation est similaire à la Royale Entente Acren-Lessines. Le virus s’est invité au sein du noyau de l’équipe première qui évolue en division 2 amateur. "On a eu un premier cas de covid et notre première rencontre face à Ganshoren, déjà reprogrammée un mercredi, a de nouveau été reportée" détaille Denis Dehaene, le responsable général du club. "Notre prochain match face à Warnant a lui aussi été annulé puisque l’on parle de quatorzaine. Et il se fait que la semaine suivante, nous sommes bye (la D2 ACFF est composée de 17 équipes suite au forfait général de Virton ndlr)." poursuit le dirigeant acrenois dont l’équipe ne jouera son premier match de championnat que le… 11 octobre !

" Il va être très difficile de mener certains voire tous les championnats à leur terme. "

Depuis la reprise des compétitions, des dizaines et des dizaines de matchs sont remis chaque week-end en raison du covid. Une rencontre est reportée au moindre cas positif dans une des deux équipes. Certains joueurs, entraîneurs et dirigeants souhaiteraient que cela évolue afin d’éviter les reports en cascade mais ce n’est pas à l’ordre du jour. "Ce n’est pas dans notre intention et ce n’est pas non plus le résultat des discussions que nous avons avec le cabinet de la Ministre Glatigny" explique David Delferière. "Nous sommes dans le football amateur et on ne veut pas mettre la santé de joueurs non professionnels en péril. On ne sait pas faire des tests tous les deux ou trois jours comme chez les professionnels. Donc un cas de coronavirus et l’équipe est à l’arrêt. Mais avec les nouvelles mesures annoncées récemment et la réduction de la période de quarantaine à sept jours, nous allons revoir notre protocole. Cela permettra de ne remettre qu’un match au lieu de deux" ajoute le président de l’ACFF. Les remises risquent encore de s’accumuler dans les semaines à venir et les clubs ne sont pas très optimistes pour la suite de la saison. "Il va être très difficile de mener certains voire tous les championnats à leur terme" craint Denis Dehaene. "Le bon sens est de faire en sorte que les rencontres de jeunes puissent avoir lieu. Mais c’est difficile d’imaginer que l’on pourra organiser complètement un championnat d’adultes. D’autant plus que le passé récent nous fait comprendre que la moindre décision prise est contestée par certaines personnes devant les tribunaux. Je ne vois vraiment pas comment l’on va s’en sortir à court terme."

Déjà l’ombre d’une saison blanche ?

Les saisons précédentes, il est parfois compliqué de trouver de nouvelles dates disponibles pour des rencontres reportées en raison des intempéries ou de terrains impraticables. S’il faut y ajouter cette année les remises liées au covid, cela risque d’être vite problématique. A Péruwelz, on préfère ironiser. "On aura peut-être un rythme de footballeur professionnel avec deux ou trois matchs par semaine" sourit Jonathan Krys. Jouer en semaine serait une solution mais ce n’est pas toujours évident. "Au niveau de la D2 amateur, ce sont parfois de très longs déplacements" fait-on remarquer à Acren-Lessines. "Ce n’est pas raisonnable d’envisager de faire 350 ou 400 kilomètres aller-retour en semaine pour des gens qui travaillent ou étudient" poursuit Denis Dehaene. De plus, tous les clubs amateurs ne disposent pas des infrastructures adéquates pour pouvoir jouer le soir. "C’est un casse-tête" avoue David Delferière mais l’ACFF dispose de solutions. "Nous avons six managers du calendrier qui travaillent anticipativement. Prenons l’exemple de deux équipes qui ne devaient pas se rencontrer mais qui devaient affronter des formations positives au covid. A ce moment-là, le manager contacte les deux équipes qui ne sont pas contaminées pour demander d’anticiper leur match et de le jouer tout de suite." L’aile francophone préfère aussi anticiper une fin de saison. Si l’on n’évoque pas encore une saison blanche, l’ACFF et son homologue flamande travaillent sur un protocole au cas où les championnats doivent s’arrêter prématurément. "Il faudra avoir joué au moins la moitié des matchs pour que la saison soit considérée comme étant jouée. Si les championnats sont disputés à 50%, ils pourront être définitivement terminés et les classements seront acquis. Moins de 50% et on actera une saison blanche !" annonce David Delferière qui ne souhaite plus revivre le scénario et les recours judiciaires de ces derniers mois.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK