Football : La Nationale 1 ne veut plus jouer !

Image d'illustration
Image d'illustration - © YORICK JANSENS - BELGA

Coincée entre les séries pros et le foot amateur, la Nationale 1 avait besoin de se faire entendre. Les 15 clubs actifs dans cette série ont envoyé ce jour une lettre commune à l'Union Belge pour demander l'arrêt de leur compétition.

Si elle n'était pas concernée par un arrêt de championnat jusqu'ici, la Nationale 1 se sent aujourd'hui très mal à l'aise dans son équipement de compétiteur.
A l'heure où l'horeca se met en veilleuse, où les buvettes et vestiaires ferment, où le public est de moins en moins accepté, où le virus est de plus en plus présent dans les rues, où on insiste sur le risque de saturation de soins dans les hôpitaux, faut-il s'entêter à maintenir ce qui pourrait pourtant encore l'être, moyennant moult conditions drastiques ?

Le week-end écoulé, seuls Izegem-Ingelmunster, Tessenderlo, Visé et Tirlemont ont pu disputer un match dans une série parfois qualifiée de "no man's land"  par référence à sa non appartenance au monde ou des pros ou des amateurs.

Depuis mi septembre, ce championnat de Nationale 1 ne ressemble pas à grand chose ; au 20 octobre, et pour ne prendre que quelques équipes, Dessel et Dender n'ont pas disputé le moindre match, Liège et les Francs Borains ont joué nonante minutes quand Tirlemont a déjà terminé quatre rencontres.

"Il est temps de stopper cette mascarade, insiste Pierre-Laurent Fassin, directeur du RFC Liège. Les clubs de la série se sont concertés via un groupe whats App et nous avons rédigé un courrier commun, envoyé ce mardi  à Thibault De Gendt, compétitions manager à l'Union Belge."

En clair, la Nationale 1 demande un arrêt au moins jusqu'au 30 novembre si les seizièmes de finale de la coupe de Belgique doivent se disputer mi-décembre et si la situation sanitaire s'améliore sensiblement .

Autre proposition: arrêt jusqu'en janvier 2021 s'il y a moyen de déplacer le tour de coupe un peu plus tard. " Dès l'instant où on sait que la possibilité existe de jouer au moins jusque la mi juin 2021, donnons-nous un peu de temps et ne prenons pas une “mesurette”, reprend le responsable liégeois.  Aujourd'hui, tout est trop compliqué en Nationale 1 aussi. Un cas de Covid au sein de votre noyau A et c'est le report, les vestiaires ne sont pas accessibles en Flandre et les buvettes non ouvertes en Communauté Wallonie Bruxelles. Vous avez dit gérable ?"

Il n'y a pas si longtemps, certains clubs francophones de Nationale 1 n'auraient pas vu d'un si mauvais oeil une adaptation de la règle : un cas Covid revient à un report de match.

A la réflexion, avoir dix joueurs pros sous contrat ne signifie pas qu'on pourrait plutôt attendre trois, cinq ou sept cas covid  pour obtenir le report : “Nous n'avons pas les mêmes larges noyaux qu'en D1A ou en D1B, enchaîne Pierre-Laurent Fassin. Composer un onze qui tient la route en Nationale 1 avec plusieurs pros absents change sans doute trop la donne de départ.”

250 abonnés ... privés de stade !

Préserver la santé de chacun(e) demeure la préoccupation principale des clubs de Nationale 1. Cette réalité combinée à la problématique économique  appuye la démarche du jour.

“ Personne n'est gagnant en avançant au petit bonheur la chance comme ces dernières semaines, note encore le directeur général du RFC Liège.
Par dérogation, nous avions obtenu la possibilité d'ouvrir les portes de notre stade à 1200 personnes, via trois bulles de 400 fans.
Le nouveau protocole nous bloque à  600 personnes dans les tribunes ou trois bulles de 200. Liège compte  850 abonnés. Nous aurions beau offrir un accès gratuit à la platefore d'images en streaming et en direct aux 250 sans place grâce à notre partenariat avec la société Fuchs, ce sont à chaque fois des choix délicats à effectuer. 
L'ancien contrat télé signé avec les pros apportait par ricochets plus ou moins 50.000 € à chaque club de D1 amateur. Ce contrat pro a été revu à la hausse. Vu le contexte actuel, nous espérons donc que notre part sera plus importante pour ces prochaines saisons.
Mais rien n'est encore décidé. De toute façon, à quoi sert-il d'entretenir des joueurs pros et des semi-pros si on doit reporter des matches à tour de bras.
Au risque d'aller droit dans le mur, il vaut mieux les diriger vers le chômage économique pour soulager les trésoreries.”

La Nationale 1 avait jusqu'à ce mercredi 16h pour décider de son avenir. Vendredi, le comité de crise de l'Union Belge décidera de l'orientation sportive à suivre.
Le RFB, Visé, l'Olympic, Liège et La Louvière Centre étant sur la même longueur d'onde que les clubs flamands de la série, les dés semblent jetés.

En attendant la décision officielle, le RFC Liège n'envisage pas le déplacement de son seizième de finale de coupe de Belgique face à Anderlecht à... Sclessin, où la recette “public”, même partagée risquerait d'être bien plus intéressante : “Nos supporters ne comprendraient pas ce choix. A ce stade, nous préférons tabler sur un report de ce match là aussi . C'est à dire jusqu'au moment où la crise sanitaire et les mesures générales se se seront bien assouplies.”

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK