Salvatore Curaba ne reprendra pas le RAEC Mons

Stade Tondreau
Stade Tondreau - © BRUNO FAHY - BELGA

La décision qui ne devait pas tomber avant le 17 mars est arrivée avec quelques jours d'avance: Salvatore Curaba, annoncé comme le possible repreneur du RAEC Mons, a finalement décidé de quitter la table des négociations.

C'est Pierre François, le directeur général de l'Albert, qui a lui-même annoncé la mauvaise nouvelle aujourd’hui aux joueurs et aux membres du personnel, administratif et ouvrier.

Dans son dernier jugement, le Tribunal de Commerce permet au club de poursuivre ses activités jusqu’au 31 mars. Et donc, même si le curateur avait pointé le 14 mars comme date-butoir, il est probable que l’on mettra tout en œuvre à l’Avenue du Tir pour trouver l’oiseau rare avant la fin du mois, même si le pessimisme est clairement de rigueur depuis ce matin.

"A moins d’un grand miracle, je ne reprendrai pas le RAEC Mons, a expliqué Salvatore Curaba, contacté par la rédaction de la RTBF. On se bat depuis trois semaines, on essaie de faire bouger les choses, mais ce n’est pas évident. L’ampleur du projet, l’ampleur des dettes sera trop difficile à combler pour nous. Nous sommes au-delà du montant de deux millions et demi d’euros. L’arriéré est trop important. Si cela avait été un million et demi, comme nous l’avions compris au départ, je pense qu’on l’aurait fait. On sent qu’on aurait eu du mal à réussir ce projet, et il vaut mieux jeter l’éponge plutôt que d’insister et ne pas faire du bon travail. Je suis très embêté vis-à-vis des supporters, parce que leur soutien m’a fait plaisir. C’est surtout par respect envers eux que j’ai décidé de faire cette annonce aujourd’hui, tout de suite après avoir pris ma décision. Je regrette de ne pas avoir réussi ce défi."

Sur l'antenne de Vivacité, Pierre François s'est dit surpris par les montants évoqués. "L’importance de la dette que j’entends citée me laisse un peu pantois. Il ne faut pas confondre d’une part le montant requis pour faire face à ses échéances et à sa trésorerie jusqu’en fin de saison et d’autre part le montant total du passif quel que soit la date d’exigibilité de ces diverses créances", précise le Directeur Général de l'Albert.

"Depuis que Monsieur Curaba a évoqué cet argument le 28 février, je savais en mon for intérieur que cette piste n’aboutirait pas. Heureusement, il y en a d’autres. Il reste des possibilités ouvertes. Je ne quitterai Mons que lorsque nous aurons épuisé toutes les possibilités", insiste-t-il.

Pierre François demande aussi aux supporters de venir nombreux ce samedi pour la venue de Tubize. Ce match pourrait être le dernier de l'histoire du club au Stade Tondreau.

S. Grulois avec V. Clérin

Et aussi

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK