L'Union Saint-Gilloise accepte les sanctions contre Tabekou et Ramdane

L'Union Saint-Gilloise accepte les sanctions contre Tabekou et Ramdane
L'Union Saint-Gilloise accepte les sanctions contre Tabekou et Ramdane - © KRISTOF VAN ACCOM - BELGA

L'Union Saint-Gilloise n'ira pas en appel contre les deux matches de suspension et les 1000 euros d'amende infligés à son joueur Serge Tabekou, ni contre les dix matches de suspension dont trois avec sursis, et les 4.250 euros d'amende prononcés à l'encontre de l'entraîneur-adjoint Abder Ramdane, par la Commission des litiges de l'Union belge de football (URBSFA), en sa séance de mardi.

Ils avaient tous les deux été exclus dans les derniers instants de la tumultueuse rencontre Union-Malines (2-2), comptant pour la cinquième journée de la Proximus League, dimanche au Stade Joseph Marien.

Tabekou, à la suite d'une altercation avec Lucas Bijker, également renvoyé au vestiaire et suspendu trois matches, et Ramdane, pour une dispute avec son homologue Fred Vanderbiest, qui avait dégénéré.

Le T2 de l'Union qui prétend avoir fait l'objet d'insultes racistes, démenties par le T2 malinois, un ancien joueur de l'Union, l'a même frappé et blessé dans le tunnel du stade.

"La Royale Union Saint-Gilloise a pris connaissance de la décision concernant la sanction de notre T2 Abder Ramdane. Après concertation avec notre entraîneur adjoint, notre club a décidé d'accepter la sentence de sept matches de suspension plus trois avec sursis", peut-on en effet lire dans le communiqué du club de la Butte.

L'Union souligne que la violence n'est pas tolérable, et que Ramdane partage cette valeur.

"Notre direction a également eu un entretien avec son entraîneur adjoint concernant les incidents de dimanche. Abder Ramdane, comme toute l'Union Saint-Gilloise, est d'avis que toute forme de violence est intolérable, indépendamment des circonstances ou des raisons déplorables qui auraient pu la provoquer. La violence n'a pas et n'aura jamais sa place à la Royale Union Saint-Gilloise".

Il ne sera cependant pas renvoyé, comme autrefois le joueur Cemal Köse (aujourd'hui à Saint-Josse, en première provinciale), qui avait donné un coup de tête à Mohamed Ouahabi, un joueur de Zaventem, dans le même tunnel, en 2012.

"Durant l'entretien qu'il a eu avec notre direction", souligne en effet le président du Conseil d'administration Alex Muzio, "Abder Ramdane était profondément touché par les événements et déplore sa réaction. Il est conscient qu'elle était mauvaise et en est dévasté depuis dimanche. Se séparer d'Abder, ou ne pas l'encadrer dans ces moments difficiles n'est pas une option à nos yeux. Il a néanmoins reçu une sanction sévère de la fédération et du club. Je tiens à être très clair: une telle réaction ne fait en aucun cas partie des valeurs de l'Union".

"Notre Club ne s'étendra plus sur l'incident, ses raisons, et suivra l'évolution de ce dossier tout en souhaitant retrouver la sérénité afin de se concentrer sur l'aspect sportif", conclut le communiqué.

A noter que le FC Malinois n'ira pas en appel non plus contre les trois matches de suspension et les 1500 euros d'amende infligés à son joueur Bijker et à l'entraîneur-adjoint Vanderbiest.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK