Legear : "Je pense que Visé sera mon dernier club en tant que joueur"

C'est assurément une des surprises de ce mercato. Jonathan Legear est de retour en Belgique mais pas en D1A. L'ex-Diable rouge a en effet signé à l'URSL Visé, un club de D1 Amateur, avec lequel il s'est engagé jusqu'en juin 2021 après avoir rompu son contrat à Adana Demirspor, un club de D2 turque. Un choix de carrière à priori étonnant même si en rejoignant le club de la Basse-Meuse, le Liégeois, qui a notamment porté les couleurs d'Anderlecht et du Standard, songe déjà à sa reconversion comme il l'a confié à la RTBF.

Jonathan, vous voilà déjà de retour en Belgique, un an à peine après avoir quitté Saint-Trond pour la Turquie. C'était votre souhait, quitte à jouer en D1 Amateur ?

"Tout à fait. C'était ma volonté. Je voulais rentrer au pays, surtout pour ma famille. J'ai déjà pas mal bourlingué puisque j'ai joué en Russie, en Angleterre et en Turquie. Il était temps pour moi et je peux dire que, sauf proposition exceptionnelle, Visé sera très certainement mon dernier club en tant que joueur. J'ai désormais misé sur la stabilité et Visé est un club stable mais ambitieux même s'il évolue en D1 Amateur".

Vous avez quitté la Turquie alors que vous étiez toujours sous contrat avec Adana Demirspor ? 

"Oui et pourtant je me plaisais bien à Adana et en Turquie mais j'ai quitté ce club parce que je ne jouais plus, tout simplement. J'ai perdu ma place cette saison. Il faut dire que le championnat turc est un peu spécial. C'est avant tout du football-business. Il suffit de voir le nombre de transferts réalisés par les clubs à chaque mercato et les nouveaux joueurs doivent être alignés. C'est ce qui m'a coûté ma place. Pourtant, j'étais très apprécié là-bas et le Président du club voulait me garder puisqu'il me restait encore deux ans de contrat. On a finalement trouvé un arrangement à l'amiable et j'ai pu quitter la Turquie pour revenir terminer ma carrière en Belgique".

Mais pourquoi avoir opté pour Visé et la D1 Amateur ? 

"Tout d'abord, Visé est comme je l'ai dit un club très stable avec un Président compétent, honnête et ambitieux. Guy Thiry gère très bien son club avec un très beau projet sportif. N'oublions pas que Visé est passé de la 4ème provinciale à la D1 amateur en 6 ans à peine. Cette saison, nous devons nous stabiliser dans cette série mais l'année prochaine, il y aura de nouvelles attentes et l'équipe visera très certainement la montée en D1B. Et puis, c'est un club qui tend vers le professionnalisme. J'ai d'ailleurs signé un contrat pro et il suffit de voir les infrastructures : les terrains, le stade, l'académie des jeunes. Certains clubs de l'élite n'ont pas les mêmes infrastructures. Ensuite, la présence de José Riga a joué un rôle. Je l'ai connu à Blackpool et au Standard de Liège. C'est un entraîneur que j'apprécie beaucoup. Son expérience et sa compétence devraient permettre à Visé de progresser. Enfin, je le répète, il y a l'aspect familial qui a aussi pesé dans la balance. Bref, Visé était finalement le meilleur choix pour moi même si j'aurais pu encore jouer un an ou deux en D1A".

En rejoignant Visé, vous songez déjà à votre après-carrière ? 

"Bien sûr. Je vais bientôt avoir 33 ans. Je compte encore jouer 2 saisons ici et essayer de monter avec Visé mais je pense déjà au futur. Je resterai dans le milieu du football, c'est certain. Pourquoi pas comme coach ou bien Manager. Je me verrai bien exercer la fonction d'agent. J'en ai eu plusieurs dans ma carrière et je sais ce qu'il faut faire et ne pas faire. C'est un milieu très particulier mais je suis quelqu'un de correct et de très droit. J'ai beaucoup de respect pour les joueurs, en particulier pour les jeunes, mais aussi pour les clubs. Je suis certain que ce métier devrait me convenir".

Quand vous jetez un oeil dans le rétro, vous pouvez être fier de votre carrière de joueur ?

"Oui, je suis plutôt fier de mon parcours, même si je n'ai peut-être toujours fait les meilleurs choix. Je n'ai pas non plus toujours été bien conseillé et bien encadré par certains agents mais je ne regrette rien. J'ai réalisé une belle carrière avec 300 matches professionnels, 3 titres de champion, 3 coupes de Belgique, 2ème meilleur buteur de l'Europa League. J'ai aussi été Diable rouge et j'ai disputé une cinquantaine de matches européens. On peut toujours espérer mieux mais je peux être fier de ce que j'ai fait. Combien de jeunes joueurs, en Belgique ou ailleurs, rêveraient d'accomplir une telle carrière".

C'est donc un Jonathan Legear assagi qu'on voit ici à Visé. Vous avez l'air plus calme, ce qui n'a pas toujours été le cas. On peut dire que vous avez mûri après toutes ces expériences, notamment à l'étranger ?...

"C'est sûr que je suis plus mature aujourd'hui qu'il y a quelques années. J'ai appris de mes erreurs. J'ai aussi beaucoup voyagé et découvert plusieurs pays avec des expériences positives et aussi des échecs mais je ne vis pas avec des regrets. C'est du passé et c'est un nouveau Jonathan Legear qui joue désormais à Visé. Un club pour lequel je me concentre à 100%".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK