"Les affaires ? C'est une motivation !"

Dernier galop d’entraînement d’avant-finale, ce mercredi après-midi au Stade Roi Baudouin, pour les Malinois… pendant qu’à 300 m de là, au bâtiment de verre de l’Union Belge, les débats opposaient les instances fédérales aux avocats de Waasland et Malines. De tout cela, les joueurs malinois ne veulent rien savoir : depuis plusieurs mois, ils font bloc dans leur bulle.

On en parle un peu entre nous le matin, au petit déjeuner, quand des articles sortent dans la presse ", expliquent en chœur le défenseur Thibaut Peyre et le médian Clément Tainmont. " Mais je trouve que par rapport à l’ampleur des problèmes et la ferveur médiatique que cela cause, on en parle finalement très peu… et c’est d’ailleurs bien mieux comme ça. Non, on ne craint pas d’être rétrogradé : les dirigeants sont venus nous rassurer par des discours très confiants. On a la certitude d’être en D1A la saison prochaine ! "

Mais hors micro, la colère est palpable… sur le timing : des révélations qui sortent ou des audiences programmées… juste avant des échéances décisives.

A chaque fois qu’il y a un article qui sort, c’est pour nous une motivation supplémentaire " poursuit Clément Tainmont. " La volonté, c’est peut-être de nous déstabiliser mais nous, ça ne fait que nous renforcer. Ça a chaque fois été comme ça : avant finale pour la montée face au Beerschot, le Président adverse a fait un article pour dire qu’il avait la certitude qu’on serait condamné. Maintenant, c’est la Fédération qui tient ses audiences la veille de la finale. On nous met la pression, mais à chaque fois, on dit merci. À l’Union Belge, ils préfèrent sans doute que Gand gagne la finale, mais on va leur prouver qu’on est plus fort que ça. "

Et quand bien même Malines serait rétrogradé, certains agents ont prévu le coup pour leurs joueurs. Thibaut Peyre, par exemple, est arrivé à Malines en janvier 2019… après le début des affaires.

Chaque joueur ici a dans son contrat des clauses qui stipulent qu’il est libre en cas de rétrogradation en Division Amateur. Quand j’ai signé, les affaires étaient déjà en cours. Il ne fallait que j’y pense, il fallait que je prenne le train en route car Malines était à ce moment la meilleure option pour moi. Maintenant, advienne que pourra : je préfère juste penser à Malines et à cette finale. "

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK