Émond enfonce Genk lors des prolongations et offre une huitième Coupe au Standard

Le Standard de Liège a remporté la huitième Coupe de Belgique de son histoire ce samedi au Stade Roi Baudouin en venant à bout de Genk 0-1 au terme des prolongations.

Après 90 minutes fort décevantes ponctuées par un sauvetage de Jean-François Gillet sur le seul tir cadré du temps réglementaire, le Standard est parvenu à faire la différence grâce à un coup de tête de son avant-centre Renaud Émond en tout début de prolongations (92').

Auteur de son sixième but en Coupe de Belgique cette saison, son neuvième en 13 matches en 2018, Renaud Émond permet aux Rouches d’ajouter un trophée à leur palmarès et de se qualifier pour la phase de poules de l’Europa League 2018-2019.

Déjà vainqueurs en 1958, 1966, 1967, 1981, 1993, 2011 et 2016, les Liégeois succèdent à Zulte Waregem.

Le résumé de la rencontre :

La rencontre a démarré en sourdine avec deux équipes assez attentistes. C’est le Standard qui a pris ses responsabilités en premier en prenant l’initiative de manière assez timide. Une attitude positive qui ne s’est pas vraiment concrétisée au niveau des occasions. On notera juste une tête d’Emond hors cadre (15e) et une frappe lointaine inoffensive de Marin (22e).

Genk a d’abord décidé de procéder par contre avec de longs ballons dans le dos de la défense liégeoise. Les Limbourgeois n’ont pas tardé à remarquer une certaine hésitation dans le chef des défenseurs liégeois. Plus agressifs à partir de la demi-heure de jeu, les hommes de Philippe Clément se sont rapprochés de la cage de Gillet mais n’ont su produire que des actions brouillonnes.

Les Rouches,  qui ont eu du mal à se trouver en fin de première période, font des légers progrès en deuxième mi-temps, notamment au niveau des occasions. Edmilson montre la voie aux siens dès les premières secondes avec une frappe puissante mais imprécise (46e). Le danger se précise quelques minutes plus tard avec un tir légèrement trop enlevé de Fai (53e) et un envoi trop croisé de Marin (60e).

Malgré ces frappes non-cadrées, le Standard ne parvient pas à emballer la rencontre, tout comme Genk d’ailleurs. Trop statiques, les Limbourgeois pêchent souvent dans la dernière passe et butent systématiquement sur Luyindama lors de leurs sorties offensives.

Le tournant du match : Gillet sauve face à Aidoo

Il faut attendre la 86e minute pour voir un réel danger. Et c’est Genk qui passe tout près du jackpot avec une frappe de Samata contrée in extremis et envoyée en corner. Dans la foulée,  Jean-François Gillet sauve les siens en repoussant une tête à bout portant d’Aidoo. Ce sera la seule frappe cadrée sur les 90 premières minutes.

On ne peut donc pas échapper aux prolongations. Et c’est dans les premières secondes de celles-ci que le Standard va faire la différence. Une combinaison rapide entre Mpoku et Carcela libère le marocain sur l'extrémité gauche du rectangle. Le centre au deuxième poteau est un peu long mais Emond parvient tout de même à rabattre de la tête vers le but dans un angle réduit. Un envoi qui surprend Vukovic, coupable et incapable de repousser le ballon (92e).

Luyindama échappe à l'exclusion en fin de match

Genk n’a pas le choix et doit attaquer. Nastic d’abord (101e) et Malinovsky  sur coup franc ensuite (105e +6) passent tout près de l’égalisation en fin de première prolongation. En fin de rencontre, les Limbourgeois auront surtout le temps de s'en prendre à l'arbitre. D'abord pour une vilaine semelle de Luyindama sanctionnée par une carte jaune malgré visionnage du VAR (105e) ensuite pour un contact net et franc dans le rectangle entre le Congolais et Samata (120e). C’est finalement Genk qui terminera à dix suite à l’exclusion de Nastic (2 jaunes) et dira ainsi adieu à une cinquième victoire en finale.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK