Rétro : De Wilde-Gilmore, les deux font la paire à Sydney

Un vétéran de 42 ans venu de Wetteren et un blondinet tasmanien né à Gand, l’association est coloré et détonante. Elle va offrir à la Belgique une médaille d’argent aux Jeux Olympiques de Sydney dans la course à l’américaine.

En 1998, Matthew Gilmore tourne le dos à une Australie qui ne croit pas trop en lui et qui veut l’empêcher de venir en Europe disputer les six jours. La Belgique où il a vu le jour début des années '70 lui ouvre des perspectives et lui propose un duo avec l’expérimenté Etienne De Wilde, pistard en fin de carrière.

Les premiers de Madison de la paire belge sont endiablés. Sur le vélodrome de Bordeaux-Lac, au cœur d’un tourbillon de titre français (six sur les douze en jeu), l’improbable couple, à peine formé domine les championnats du monde. L’audacieux pari est déjà gagné. Ils abandonnent leur titre en 1999 mais règne sur l'Euro en 2000. 

Quelques mois plus tard, Gilmore retrouve "son" Australie et découvre les JO. De Wilde a déjà tâté des anneaux quatre ans plus tôt à Atlanta.

21 septembre, veille du printemps Down Under, le Dunc Dray Velodrome attend beaucoup de Brett Aitken et Scott McGrory. Il ne va pas être déçu.

Dans le clan belge, le plan bien établi. Etienne De Wilde est le stratège, Matthew Gilmore doit faire parler ses jambes dans les douze sprints qui émaillent les 60 kilomètres de course. La tactique est claire mais elle ne fonctionne pas. Dans un premier temps en tout cas. La fatigue use tous les organismes, et les Belges montent en puissance. Sur les cinq derniers sprints, le duo noir-jaune-rouge marque quatre fois.

Dans une Américaine ultra-serrée ("tout le monde marquait des points, j’avais du mal à compter"), ce rush final fait la différence. La gestion de nos compatriotes aussi.
 

De Wilde prend ses responsabilités et le dernier sprint à son compte. "J’ai dit à Matthew "je vais le faire". Je me sentais encore vraiment bien. Il avait fait beaucoup d’efforts et je sentais que j’avais les jambes pour l’exploit", réagit à chaud le vétéran. "On est revenu grâce à notre caractère et notre très bonne gestion tactique", ajoute Gilmore dans un néerlandais saupoudré d’accent australien. La paire belge est en argent. Présent en tribunes, Eddy Merckx a apprécié en connaisseur.

La sélection de De Wilde a été discutée, critiquée. Mais à 42 ans, le vieux lion a prouvé qu’il pouvait encore rugir. Le mois suivant, le duo termine à une anonyme 9e place aux Mondiaux. Gilmore est médaillé d’argent de la course aux points. Une carrière se termine, l’autre se lance définitivement. Mat va devenir le King des Six Jours (17 succès !), souvent associé à… McGrory. Il couve ensuite l’éclosion d’Iljo Keisse qu’il guide à Athènes en 2004 et au titre européen l’année suivante.

Les autres médailles de la piste belge aux Jeux Olympiques :

  • Jeux Olympiques de Londres 1908 :  Joseph Werbrouck bronze en 20 km
  • Jeux Olympiques d'Anvers 1920 : Henry Roger or en 50 km
  • Jeux Olympiques de Paris 1924 : Henri Hoevenaers, Jean Vandenbosch, Léonard Daghelinckx, Fernand Saive bronze poursuite par équipe 
  • Jeux Olympiques de Londres 1948 : Pierre Nihant argent 1 km contre-la-montre
  • Jeux Olympiques de Rome 1960 : Leo Sterckx argent sprint
  • Jeux Olympiques de Tokyo 1964 : Patrick Sercu or 1 km contre-la-montre
  • Jeux Olympiques de Mexico 1968 : Daniel Goens et Robert Van Lancker bronze tandem 
  • Jeux Olympiques de Montréal 1976 : Michel Vaarten argent 1 km contre-la-montre
  • Jeux Olympiques de Los Angeles 1984 : Roger Ilegems or course aux points
  • Jeux Olympiques de Barcelone 1992 : Cédric Mahy bronze course aux points
  • Jeux Olympiques de Rio 2016 : Jolien Dhoore bronze omnium