JO 1920 : Les Belges décrochent l'or en football après seulement 39 minutes de match

Rétro JO 1920 : Football, les Belges en or après seulement 39 minutes de match
2 images
Rétro JO 1920 : Football, les Belges en or après seulement 39 minutes de match - © Tous droits réservés

Troisième de l’Euro en 1972, deuxième de l’Euro en 1980, quatrième de la Coupe du Monde en 1986 et troisième de la Coupe du monde en 2018 : dans son histoire sportive, la Belgique n’a encore jamais gagné une grande compétition internationale. Même si quelques puristes évoqueront un titre européen chez les… juniors, en 1977. Ce sacre tant attendu, ce sera, peut-être, lors de l’Euro 2020… en 2021. C’est le souhait de tout un pays même si, convenons-en, les préoccupations des gens sont évidemment tout autre dans le contexte actuel. En attendant, coup d’œil dans le rétro…


►►► À lire aussi : Les histoires des médaillés belges aux JO


Car l’histoire nous apprend que la Belgique compte, quand même, un titre majeur à son actif. A savoir le sacre olympique dans le tournoi de football lors des Jeux d’Anvers en 1920. Mais un sacre au rabais en quelque sorte puisque le match n’est pas allé à son terme ! Petit rappel des faits. Après avoir éliminé l’Espagne et les Pays-Bas, les Belges se retrouvent en finale face au grandissime favori du tournoi, à savoir la sélection tchécoslovaque. Laquelle s’est montrée particulièrement efficace dans les tours précédents avec 15 buts inscrits en 3 matchs ! Mais, écœurés par certaines décisions arbitrales de l’Anglais John Lewis, les joueurs visiteurs vont quitter le terrain à la 39ème minute de jeu suite à l’exclusion (forcément injuste à leurs yeux) d’un des leurs, Karel Steiner. La Belgique avait alors livré une première demi-heure de rêve devant ses milliers de supporters. Elle menait même 2-0, grâce à des buts de Robert Coppée et d'Henri Larnoe. La situation est donc quasiment surréaliste mais la sentence des instances du CIO tombe rapidement : les Tchèques seront disqualifiés et les Belges sacrés champions olympiques.


>> Retrouvez ici tous les articles déjà publiés sur les Jeux olympiques de 1920


Rendons hommage aux onze médaillés d’or. L’équipe belge est composée de : Jan De Bie, le gardien du Racing club de Bruxelles, Armand Swartenbroeks (Daring), Oscar Verbeeck (Union), Joseph Musch (Union), Emile Hanse (capitaine, joueur également de l’Union), André Fierens (Beerschot), Louis Van Hege (encore un Unioniste et qui connut un passage triomphal au Milan AC dans ca carrière. On vous en reparle bientôt) , Robert Coppée (Louviérois de naissance mais Unioniste) , le Verviétois Mathieu Bragard, Henri Larnoe (Beerschot), et Désiré Bastin (Antwerp).

Un coach officier militaire et hockeyeur!

Mais c’est surtout la personnalité du coach qui retient encore plus notre attention. Le Baron Raoul Daufresne de la Chevalerie (1881-1967) est issu de l’aristocratie francophone de Bruges. Amateur de foot, il joua pour les deux clubs de la Venise du Nord, passant, ô sacrilège, du Cercle (où il fut même joueur….et président entre 1905 et 1907) au Club. Au total, il disputa 98 matchs de première division inscrivant 13 buts.

Excellent tennisman, sport très prisé dans son milieu social, il brilla aussi en hockey sur gazon. Membre de l’équipe nationale, il décrocha même la médaille de bronze lors de ces mêmes Jeux d’Anvers. Médaillé comme joueur et comme coach dans deux sports différents lors des mêmes Jeux, cela doit être un cas unique dans l’histoire de l’olympisme ! Mais Raoul Daufresne de la Chevalerie connut aussi une belle carrière militaire. Officier d’infanterie pendant la première guerre mondiale, il devient général-major dans le cadre de réserve. Prisonnier de guerre pendant le second conflit, il parvient à s’évader et se met au service du gouvernement belge d’Hubert Pierlot, en exil à Londres. Promu au grade de Lieutenant-Général, il devient Commandant en chef de forces terrestres en Grande Bretagne. Il cédera le témoin au célèbre général de brigade Jean-Baptiste Piron qui devait libérer Bruxelles quelques semaines plus tard. Le général Daufresne de la Chevalerie terminera ce brillant cursus comme attaché miliaire en… Tchécoslovaquie, un pays qui, forcément, lui rappelait quelques bons souvenirs ….

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK