Il y a 20 ans, Zabel décochait sa première rose sur la Primavera, Museeuw chutait dans le sprint final

22 mars 1997, sur la Via Roma, un Allemand de 26 ans s'impose au sprint pour la première fois dans Milan-San Remo. Erik Zabel ne le sait pas encore mais le natif de Berlin marque par cette victoire le début d'une suprématie de 5 ans sur la course.

10 Belges sont au départ de la première grande classique de la saison ce samedi de 1997. Plusieurs d'entre eux vont animer la course en tentant leur chance dans le final. Le premier tricolore à se mettre en évidence est Axel Merckx, qui attaque dès le pied de la Cipressa, en vain. Il est imité quelques centaines de mètres plus loin par Johan Museeuw, champion du monde en titre, sans plus de succès.

Dans le Poggio, c'est un troisième Belge, Peter Van Petegem qui place une accélération. Il est contré et dépassé par Bartoli, Museeuw et Jalabert mais le trio est repris par le peloton, qui se dispute donc la victoire au sprint.

Dans celui-ci, Johan Museeuw s'accroche avec Laurent Jalabert. Les deux hommes, qui n'étaient plus en lice pour la victoire, franchissent la ligne au sol. Le Belge souffre d'hématomes, le Français de la clavicule. Devant eux, Erik Zabel survole le sprint et devance Alberto Elli et Biagio Conte de trois bons vélos.

Erik Zabel écrit son nom pour la première fois au palmarès de la course. Il le fera de nouveau 3 fois dans les 4 années suivantes. Même si il n'est pas le recordman de victoires, qui reste Eddy Merckx (7), il est le seul à s'imposer 4 fois en 5 ans dans l'histoire de la course. Sa suprématie n'a été interrompue que par le seul Andreï Tchmil, en 1999.

> Retrouvez plus de 50 vidéos de Milan - San Remo

Newsletter sport

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir

Un jour, un exploit