Europa League : Plombé par une défense aux abois, le Standard s'incline contre Lech Poznan

Le Standard n’y arrive décidément pas en Europe. Dans un match qui ressemblait à une dernière chance grossièrement dissimulée, les Rouches se sont inclinés contre Lech Poznan (3-1).

Plombés par de grossiers manquements individuels défensifs, les Liégeois ont encaissé deux buts dans la première demi-heure face à un adversaire qui semblait pourtant prenable. Et si le but de l’espoir de Lestienne avant l’entracte a eu le mérite de relancer la machine liégeoise, elle s’est définitivement enrayée sur le 3e but polonais… à la 48e.

3-1 et une nouvelle défaite dans les valises liégeoises qui bouclent cette première moitié de compétition avec un piteux bilan : 0 point, une dernière place, 1 petit but marqué et 8 encaissés. Plus que jamais, les hommes de Montanier sont dos au mur : le 26 novembre, à domicile, il faudra venir à bout de ce même Poznan pour entretenir le mince espoir de qualification qui, après cette nouvelle défaite, devient de plus en plus chimérique.

Le résumé d’un match bien décevant :

Revanchard, le Standard a les crocs. Double corner liégeois dès l’entame du match et un premier bristol polonais après 5 minutes : les Rouches sont bien en place mais se heurtent à un onze local bien regroupé.

Les hommes de Montanier monopolisent le cuir mais laissent des espaces dans leur dos. Et alors qu’ils semblent asphyxiés, les Polonais font mouche dès leur première occasion. Sur un centre fuyant côté gauche, Nicolas Gavory laisse inexplicablement filer le ballon.

Une boulette liégeoise qui coûte cher puisque Skoras, esseulé dans son dos, crucifie le pauvre Bodart de la tête. C’est cruel pour le Standard, cueilli à froid, sur la première (timide) incartade polonaise. (1-0, 14’)

Gavory, Bokadi, les approximations individuelles s’accumulent..

Et ce n’est que le début des ennuis liégeois. Sonnés par ce premier coup sur la cafetière inattendu, ils défendent en reculant. Et ce qui devait arriver arriva… Puchacz s’échappe côté gauche. Son centre à ras de terre passe devant un Bokadi, inhabituellement passif, et est repris victorieusement par Ishak. (22’) Montanier éructe sur la touche mais ne peut que constater les dégâts : malgré une domination dans le jeu, un Standard beaucoup trop perméable défensivement, est mené 2-0.

Lestienne maintient l’espoir et relance le Standard

Heureusement pour les Rouches, leur pressing haut et si incisif en début de match, fait mal aux Polonais. Moder perd le cuir dans le rond central, Lestienne récupère et lance… Dussenne, monté pour apporter un surnombre salvateur. La frappe de l’ancien Hurlu est déviée… sur le poteau de Bednarek mais Lestienne suit parfaitement et pousse le ballon au fond. 2-1, le Standard y croit toujours ! (29’)

Dans la foulée, un Gavory déjà averti mais complètement à côté de la plaque depuis le début de la partie, retient Sokras. Les Polonais fulminent mais l’arbitre ne bronche pas et n’exclut pas le défenseur français malgré une faute manifeste. Ouf de soulagement dans les rangs liégeois.

Malgré plusieurs tentatives infructueuses de part et d’autre, les 22 acteurs rentrent finalement aux vestiaires sur ce score de 2-1 après 45 minutes de cadeaux, d’erreurs liégeoises et ce but de l’espoir inscrit par Lestienne qui maintient le Standard dans le match.

Cueillis à froid dès la reprise…

Visiblement échaudé par la prestation médiocre de Gavory, Montanier n’hésite pas à le sortir pour offrir ses premières minutes au jeune défenseur du crû, Hugo Siquet. Malheureusement l’électrochoc n’a pas lieu et comme en première mi-temps, les Rouches coulent sur la première incursion polonaise.

L’intenable Puchacz fait joujou de lJans, décidément esseulé côté gauche, avant de centrer au point de pénalty. Seul dans une inoffensive forêt de Liégeois, Ishak reprend de volée et trompe une 2e fois Bodart.

Conscient du manque d’impact de ses joueurs, Montanier tente d’insuffler un second souffle à un dispositif qui en manque clairement : Amallah cède sa place à… Boljevic. Toujours pas de trace d’Oularé, Cop ou d’Avenatti, le signal envoyé aux attaquants liégeois est clair.

Et si Raskin surnage par sa hargne et son sens du placement, on sent un véritable gouffre entre la défense et les avants liégeois. Difficile donc de trouver Balikwisha, véritable fantôme errant sur le front de l’attaque à la recherche de la moindre offrande.

Et malheureusement pour le Standard, la physionomie de la rencontre n’évolue pas. Au fil des minutes, on sent même poindre un effrayant sentiment de résignation. Les Rouches ne sont pas au niveau et ne parviennent pas à créer de brèches. Après vingt dernières minutes disputées sur un train de sénateur, l’arbitre met fin au calvaire.

3-1 score final et un 0/9 bien décevant pour un Standard qui peut déjà quasiment dire adieu à ses espoirs de qualification.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK