Après la finale de Coupe de Belgique perdue, l’avenir du Standard s’écrit en points d’interrogations

Il est 23h dans les sous-sols du stade du Heysel. M’Baye Leye arrive pour la traditionnelle conférence de presse d’après-match. Dans son discours, une fois encore, le coach sénégalais parle de "saison de m…" pour qualifier la situation du Standard ces derniers mois. Pas de qualification pour les play-offs 1, pas de victoire en Coupe : le bilan est insuffisant. Pour ne pas dire médiocre. Mais il peut encore être sauvé, partiellement. Grâce à une qualification européenne pour la nouvelle 'Conférence League'.

Condition "sine qua non" : gagner les play-offs 2. Or, les Liégeois aborderont ce mini-championnat de six rencontres avec deux points de retard sur Ostende et à égalité avec Gand. Deux équipes qui seront précisément leurs deux premiers adversaires. On l’a bien compris : un revers à la Côte samedi prochain hypothéquerait déjà sérieusement les chances de succès des Standardmen. Lesquels se retrouveraient à cinq longueurs des Ostendais, avec seulement 5 matchs à disputer derrière.


►►► À lire aussi : Genk domine le Standard et remporte sa cinquième Coupe de Belgique en six finales

►►► À lire aussi : Coupe de Belgique : "Le compartiment offensif de Genk a fait la différence", reconnaît Leye


 

 

Les bons choix tactiques ?

Mais avant d’être sportive ou mathématique, la vraie question est surtout d’ordre psychologique. Dans quel état d’esprit, les hommes de Leye vont-ils aborder cette dernière phase de la saison ? Eux qui ont pris un énorme coup sur la tête en perdant cette finale.

Le jeune entraîneur du Standard devra remobiliser ses troupes en un temps record. Tourner le bouton le plus vite possible pour passer à autre chose. Un beau challenge pour lui. Même si gageons que les images du match de dimanche soir lui trotteront encore longtemps en tête.

Sur le plan tactique, a-t-il abordé trop prudemment cette finale ? A-t-il fait les bons choix en laissant Muleka sur le banc et en introduisant Carcela peut-être un peu trop tard ? Ne fallait-il pas retirer le jeune Siquet du jeu après sa bourde, histoire de le protéger, et lancer Fai dans la bagarre, plus rapide pour contre un intenable Bongonda ? C’est l’éternelle quadrature du cercle. Faire confiance aux jeunes comporte des risques et cela se paye 'cash' lorsque les joueurs cadres ne sont pas à leur niveau, ce qui était le cas hier pour Amallah, Bastien et, dans une moindre mesure, Raskin.

Avec ou sans Leye ?

3 images
Mbaye Leye © Belga

Mais une des clefs d’explication essentielle de ce revers résidait, sans doute, dans l’absence conjuguée de Vanheusden (on le savait) et de Bokadi (ce n’était pas prévu), les deux tauliers de la défense. Une absence terriblement préjudiciable puisque c’est le talent offensif des Limbourgeois qui a finalement fait la différence.

M’Baye Leye sera-t-il encore le coach du Standard la saison prochaine ? Cela semble être la volonté commune des deux parties. Même si le coach désirera, légitimement, une revalorisation financière puisqu’il a signé quasi pour le minimum syndical.

Les discussions devront se tenir dans les prochaines semaines. L’homme est fier, ambitieux. Et compétiteur. Il voudra jouer tout à fond. S’il réussit son pari, le Standard terminera cinquième du championnat. Comme l’année dernière avec son mentor Michel Preud’homme, avant l’interruption de la saison pour cause sanitaire. Bref, une certaine stabilité. Pouvait-il faire mieux ? Sans doute que non vu le noyau mis à sa disposition et l’option 'jeunes' prise par la Direction.

Revoir le budget ?

3 images
Bruno Venanzi © Belga – Virginie Lefour

Cela étant, au-delà, de ces 'Europe play-offs', la question de l’avenir financier du Standard se posera aussi avec une certaine acuité. S’il ne devait pas y avoir de qualification européenne (et donc de rentrées financières qui ont été budgétisées), le club devrait revoir sa copie pour l’Auditorat des Licences, à ne pas confondre avec la Commission des Licences.

Afin d’assurer la continuité financière du matricule 16, il s’agira de proposer un autre plan, avec un autre budget. Et peut-être une augmentation de capital grâce à de nouveaux investisseurs. Or, l’impact financier de la crise Covid va se faire ressentir durement à la prochaine rentrée. Abonnements offerts, droits TV déjà perçus, loges, les rentrées ne seront plus les mêmes que de coutume à pareille époque.

Il s’agira donc de se montrer particulièrement créatif lors du prochain mercato estival. Le Standard doit vendre des joueurs et dégraisser sa masse salariale. C’est impératif et les dirigeants de Sclessin en sont parfaitement conscients. Mais il pourrait s’agit d’un mercato assez particulier vu le contexte économique et la crise sanitaire. La plupart des clubs dépenseront moins, c’est une évidence.

L’argent va sans doute moins circuler que précédemment. Et qui est véritablement 'bankable' dans ce noyau liégeois. Raskin ? Amallah ? Pas si évident que cela. Bastien ? Il n’est plus que l’ombre de lui-même. Finalement, c’est sans doute Merveille Bokadi qui aurait représenté la meilleure solution financière mais il est 'out' pour une longue durée et cela fera immanquablement reculer des acheteurs potentiels…

Le système des joueurs en prêt pourrait alors s’intensifier. Avec son côté aléatoire même s’il y a eu une réussite nommée Joao Klauss. Avec aussi la volonté de faire jouer un maximum de jeunes talents issus de l’Académie.

La fin d’un cycle ?

Le président Bruno Venanzi n’a donc pas remporté son troisième trophée en six ans de présidence. Est-ce la fin d’un cycle ? Une certaine lassitude pourrait-elle poindre chez lui qui est obligé de supporter, tout seul et tout le temps, le poids financier de son club ? Aura-t-il des velléités de vendre le club si un acheteur se présentait ? La piste François Fornieri est-elle refermée définitivement ?

Et qu’en est-il exactement de son projet immobilier pour la rénovation du stade et de ses abords ? Un projet estimé à plus de 80 millions d’euros. Les banques et/ou les fonds d’investissement vont-elles le suivre maintenant que le permis de bâtir vient d’être obtenu ? Autant d’inconnues qui pèsent sur l’avenir du club. L’été risque d’être 'chaud' en bord de Meuse…

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK