Vertenten et Delferière ne devraient plus jamais arbitrer, la confiance est rompue

L'Union belge de football a présenté un grand projet de réforme en 11 points. Le scandale qui secoue le milieu depuis quelques jours a forcément influencé les discussions. 

La fédération veut réinstaurer la confiance en insistant sur l'éthique et la bonne gouvernance. Que ce soit du côté des arbitres ou des clubs.

Les arbitres devront se conformer à un code éthique qui prévoit notamment de reporter aux instances dirigeantes toutes tentatives "d'approche" de la part d'un tiers.

"Les arbitres ne doivent pas avoir de contacts avec des dirigeants de clubs ou avec la Pro League. Ils dépendent du secrétaire général, c'est tout. S'ils sont approchés pour une malversation ou l'autre, ils doivent la dénoncer. Jusqu'à maintenant, ils refusaient certainement, mais ils ne la dénonçaient pas".

A ce sujet, l'Union belge a confirmé que Bart Vertenten et Sébastien Delferière étaient exclus de toutes compétitions. Ils ne peuvent plus siffler et ne pourront vraisemblablement plus jamais le faire. Même si leur innocence devait être avérée. Selon les dirigeants de la fédération, la confiance est rompue. "On va bien sûr respecter la présomption d'innocence. Mais dans les conditions de libération d'un des arbitres (Sébastien Delferière, ndlr), il est dit qu'il ne doit plus avoir de contact avec le monde football. Donc il ne peut plus être au sifflet ou présent à Tubize. On verra bien quelles seront les conclusions de la procédure. Je ne sais pas si cela serait leur rendre un bon service en tant qu'homme que de retourner sur un terrain après tout ce qu'il s'est passé. Est-ce que vous croyez qu'il y aurait une enquête aussi approfondie s'il n'y avait rien derrière ?"

Autre axe de travail : "étendre les conditions de licence pour les clubs professionnels". Derrière cette formule se cache notamment un code éthique auquel devront se conformer les clubs s'ils veulent obtenir leur licence, sésame indispensable pour évoluer au sein de notre football professionnel. Les agents de joueurs, dont certains représentants sont au cœur du cyclone, seront également soumis à un code éthique.

"L'URBSFA n'a jusqu'à présent aucune prise sur les agents", regrette Gérard Linard, le président de l'Union belge. "Le métier d'agent n'est pas réglementé. Si tu es architecte, géomètre, n'importe quoi, tu as un règlement. Il faut aussi que le législateur intervienne avec nous. Si on fait des lois ou des recommandations et qu'elles ne peuvent pas être suivies parce que les règlements belges ou européens ne le permettent pas, on repartira à la case départ. Tout le monde doit s'y mettre et il est temps", conclut Linard.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK