Sebastien Delferière en litige contre l'Union Belge, les explications de son avocat

Cela fait plus d’un mois maintenant que le "Football Gate" a secoué le football belge. Et notamment celui qui été considéré comme l’arbitre numéro un du football belge, Sébastien Delferière.

L’homme en noir, qui en plus de sa fonction d’arbitre, occupe un poste d’employé administratif fait actuellement l’objet d’une procédure de licenciement pour motif grave de la part de l’Union Belge au tribunal du travail. Louis Derwa, avocat spécialisé dans le droit du sport et par ailleurs avocat de Sébastien Delferière s’explique : "L’Union Belge a introduit une procédure devant le tribunal du travail car Sébastien Delferière est en réalité délégué du personnel au conseil d’entreprise de l’Union Belge et donc à ce titre, fait l’objet d’une protection particulière en cas de licenciement. L'Union Belge a introduit une procédure de licenciement pour motif grave au tribunal du travail."

Il y a deux motifs graves reprochés à Sébastien Delferière. Tout d’abord, sa proximité avec l’agent Dejan Veljkovic. Une relation que l’arbitre ne nie pas mais qui n’a jamais influencé son arbitrage. "Il ne cache pas qu’il entretenait des relations avec Mr Veljkovic mais comme il entretenait des relations avec tous les acteurs du football qu’ils soient dirigeants de clubs, collègues de travail, etc.. Quand vous êtes dans un milieu de travail, avec le temps, vous développez des relations amicales avec certains", explique Louis Derwa. "Après il y a une limite à ne pas dépasser et c’est évidemment là qu’il peut y avoir des influences suite à des relations plus développées. J’ai été étonné de voir qu’il y a très peu de choses écrites contractuellement. Mr Delferière est très serein sur le fait qu’il a su fixer ces barrières-là, sur le fait qu’il a toujours su faire la part des choses et qu’il n’a pas subi d’influence néfaste sur son arbitrage."

Autre motif grave reproché à l’arbitre : non pas un trucage de match mais un carton rouge non donné à Sofiane Hanni pour un coup de coude lors du Standard-Anderlecht du 28 janvier dernier. Pas de carton et donc pas de suspension. Ce qui aurait facilité le départ quelques jours plus tard de l’Anderlechtois au Spartak Moscou, un transfert qui aurait été réglé finalement par ... Mogi Bayat et non Dejan Veljkovic. "Lors de ce match, Mr Delferière n’a pas sanctionné de phase et il se fait que 9 mois plus tard on le lui reproche" explique Louis Derwa. "Au moment même, la phase n’a pas fait débat, d’ailleurs lors de "la Tribune" du week-end après ce match, Mr Javaux a dit que selon lui il n’y avait pas de carte rouge. Ce n’est qu’à partir du 6 février que cela a commencé à poser problème car l'affaire est passée à la commission des litiges. Et c’est là qu’on lui a demandé de s’expliquer mais cela n'avait plus d’intérêt car le transfert avait eu lieu."

En attendant, Sébastien Delferière espère que la confiance pourra revenir en fonction des suites de l’affaire et qu’il pourra encore arbitrer dans le football belge.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK