Que risquent les clubs impliqués dans ces affaires de match présumés arrangés ?

La Pro League va de se donner un peu de temps pour digérer le scandale qui frappe le football belge : elle a décidé de reporter la 10e journée prévue ce weekend. Il y avait notamment le match Tubize-Malines dimanche.

Après le parquet fédéral, la justice de l'Union belge devra aussi se pencher sur toute cette affaire. Concrètement que risquent les clubs impliqués dans ces affaires de matches présumés arrangés ?

Pour répondre à cette question, il faut se plonger dans le règlement de la Fédération, LIVRE B, TITRE 20... C'est là qu'est détaillée la procédure exceptionnelle pour falsification de la compétition. Puisqu'il existe tous ces chapitres dans le règlement.

Il existe des sanctions individuelles pour les dirigeants, ou pour tout affilié à la Fédération, coupable d’un acte de falsification ou même d’une tentative.

Cela va de l’amende à la radiation en passant par le retrait de licence. Avec d'éventuelles conséquences pour le club. On peut se rappeler, par exemple, du Lierse et de La Louvière, qui avait basculé en D2 après l’affaire du Chinois.

Et dans le cas de Malines ?

La justice de l'Union belge va devoir définir si la responsabilité du club est engagée, et si c'est le cas, oui le club s’exposera aussi aux sanctions : dégradation, retraits de points, et même radiation s’il est prouvé que la majorité des dirigeants du club étaient au courant et ont donné leur assentiment.

Des amendes sont également prévues, avec un minimum de 15.500 euros pour un club de D1A (ce qu’était Malines au moment des faits).

Il faut tout de même rappeler que Veljkovic a peut-être tout tenté pour éviter que Malines ne descende, les faits sont là : Malines est descendu tout de même. Certains diront : il y a une justice.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK