L'agent de joueurs Dejan Veljkovic poursuivi, mais pas entendu, par l'Union belge

L'agent de joueurs Dejan Veljkovic poursuivi, mais pas entendu, par l'Union belge
L'agent de joueurs Dejan Veljkovic poursuivi, mais pas entendu, par l'Union belge - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Dejan Veljkovic, l'un des principaux protagonistes de l'"Opération mains propres", sera poursuivi par le parquet de l'Union belge de football (URBSFA) dans le cadre de l'enquête sur la falsification éventuelle de la compétition la saison dernière. Veljkovic s'est présenté comme un témoin clé, mais Ebe Verhaegen, coordinateur de l'enquête, ne l'a pas entendu. "Ils pensaient avoir assez d'informations, mais l'histoire me semble sans nuances", a confirmé l'avocat de Veljkovic, Me Kris Luyckx.

L'enquête de Verhaegen est achevée, après quoi le procureur fédéral Kris Wagner a décidé de faire comparaître devant la commission des Litiges d'appel, en plus du FC Malines, Waasland-Beveren, Olivier Myny et plusieurs autres dirigeants de club, quatre agents de joueurs. Parmi eux, Dejan Vejkovic, l'un des principaux responsables de l'affaire de fraude qui a éclaté dans le football belge en octobre dernier.

Dans le cadre de l'enquête pénale, la justice a conclu un accord avec Vejkovic qui est devenu le premier repenti en Belgique. Il a aussi cherché à conclure un arrangement similaire avec l'URBSFA, mais cela ne s'est pas produit. Etonnant dans la mesure parmi les 35 documents (sur les plus de 700 pages du dossier) que le coordinateur de l'enquête a été autorisé à consulter aucun ne contenait de déclaration de Veljkovic. La justice a donc donné l'autorisation d'interroger Veljkovic au siège de la fédération, mais l'URBSFA a renoncé.

"Apparemment, l'Union belge était convaincue d'avoir suffisamment d'informations pour une procédure disciplinaire, même sans les déclarations de Veljkovic. Mais la cohésion dans le dossier semble totalement absente", estime Kris Luyckx, avocat de Veljkovic. "Cependant, mon client était prêt à tout expliquer. Mais l'URBSFA ne veut pas entrer dans le vif du sujet. Malheureusement, cela se fait au détriment d'un certain nombre de victimes faciles qui risquent de payer la facture complète."

Luyckx ne comprend pas que le match de la dernière journée de la saison dernière Eupen-Mouscron ait été classé sans suite. "Cependant, mon client a raconté des histoires intéressantes à ce sujet dans l'enquête judiciaire. Mais à l'URBSFA, ils ne veulent apparemment pas aller plus loin que les écoutes téléphoniques. C'est pourquoi certains s'en sortiront", a expliqué le conseil de Veljkovic. "Il est très clair que la fédération de football veut punir les agents en particulier."

La question de savoir si Veljkovic se défendra devant la commission des Litiges d'appel n'est pas claire pour l'instant. L'agent n'est pas membre de l'Union belge de football, mais le règlement de celle-ci laisse une possibilité de punir également les non-membres.

Le parquet fédéral de l'Union belge a requis dix ans de suspension pour Veljkovic, qui ne pourrait plus servir d'intermédiaire en Belgique si la sanction était effective. Les agents de joueurs doivent déclarer sur l'honneur qu'ils n'ont rien à voir avec la falsification de matchs. De son côté, la Pro League met la dernière main à une nouvelle réglementation qui oblige les agents d'être enregistrés.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK