Footgate : Tout ça pour ça...

Footgate : Tout ça pour ça...
Footgate : Tout ça pour ça... - © Tous droits réservés

Malines totalement blanchi avec toutes les conséquences que cela entraîne : c’est un véritable coup de théâtre que cette décision de la CBAS, la Cour Belge d’Arbitrage pour le Sport ! Les arbitres de cette Cour n’ont donc pas du tout suivi la décision des juristes de la commission des litiges de la Fédération concernant le cas malinois. D’aucuns objecteront que c’est bien cela le côté imprévisible de la justice, fût-elle appliquée dans le cadre d’une procédure disciplinaire en interne. Car, ne l’oublions pas, tout cela n’a qu’une valeur "relative"  puisque les différents protagonistes du dossier Footgate (ou opération "mains propres", la terminologie varie entre le nord et le sud du pays) se retrouveront immanquablement dans quelques mois sur les bancs d’un tribunal correctionnel pour répondre de leur chefs d’accusation avec le risque d’encourir des peines de prison, fermes ou avec sursis, ainsi que des lourdes amendes…

Nous n’en sommes pas encore là. Dans l’immédiat, c’est une victoire un peu étonnante mais totalement éclatante pour le club malinois et ses avocats. A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous ne connaissons pas encore les motivations précises de la CBAS pour ce verdict. On sait juste, selon les termes du communiqué officiel, "qu’elle est d’avis, qu’une sanction de dégradation ne peut pas être infligée à charge de Malines et de Waasland-Beveren après la fin de la saison durant laquelle les faits ont été commis."

 C’est donc tout simplement une interprétation littérale du règlement par le prisme exclusif du calendrier et non de l’éthique. Alors qu’un nombre important de preuves accablantes avait été rassemblé grâce aux écoutes téléphoniques.

Comprenne qui pourra…

Mais c’est sans doute et surtout un très mauvais signal envoyé à l’opinion publique. "Tout çà pour çà" après des mois de procédure, d’interrogatoires et de travail mené par le parquet de la fédération… se basant lui-même sur celui des enquêteurs du parquet fédéral concernant ce dossier "match fixing" qui aujourd’hui, "ipso facto", devient totalement caduque pour l’Union Belge.

Car Malines est bel et bien acquitté et pourra donc démarrer le championnat en D1A la saison prochaine. Au grand dam du Beerschot qui se voyait déjà en haut de l’affiche. En principe, le club anversois n’a plus de recours puisque, réglementairement, les décisions de la CBAS sont exécutoires et définitives. Mais dans le contexte actuel, on ne serait pas étonné de voir encore des recours devant des juridictions civiles… ce qui est théoriquement interdit par le règlement de la ligue professionnelle.

Quant au maintien de Waasland-Beveren en division 1A, il ne faisait plus guère de doute puisque même le procureur Wagner n’avait pas interjeté appel de la décision de la commission des litiges qui avait déjà blanchi le club waeslandien dans son rôle, théorique, de club corrompu…

Lokeren descend donc bel et bien en division 1B. Autre perdant dans cette affaire, la Gantoise privée, du coup, de compétition européenne (sauf avis contraire mais bien peu probable de l’UEFA) mais aussi le Standard, troisième de la défunte compétition, qui devra passer par deux tours préliminaires (dont celui de barrage) avant de rallier les poules de l’Europaleague… où il se voyait déjà confortablement installé depuis quelques semaines. Enfin,  l’Antwerp entrera en lice lors du deuxième tour préliminaire de cette même compétition le 25 de ce mois. Voilà bien de quoi perturber la préparation des uns et des autres en cette avant-saison…

Ce dossier aura donc été riche en rebondissements jusqu’au bout… et même au-delà de la date butoir longtemps prévue le 30 juin ! Mais ceci n’est que l’épilogue d’une séquence spécifique. Gageons que le dossier du "footgate" nous réservera pas mal d’autres surprises dans les semaines à venir…

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK