Delferière a été "imprudent" mais est fondamentalement "honnête" selon son avocat

Sébastien Delferière
Sébastien Delferière - © YORICK JANSENS - BELGA

L'arbitre Sébastien Delferière est l'un des deux "hommes en noir" inculpés la semaine dernière dans le cadre du vaste dossier football qui a éclaté au grand jour mercredi dernier avec une vague de perquisitions et d'interrogatoires. Au contraire de Bart Vertenten, il n'a pas été placé sous mandat d'arrêt par le juge d'instruction limbourgeois. Mais il est bien inculpé pour participation à une organisation criminelle, blanchiment d'argent et corruption privée.

Mardi, on apprenait via les médias qu'il est défendu par l'avocat Didier De Quevy dans cette affaire. Ce dernier parle d'un homme "qui a peut-être été un peu naïf, imprudent", mais qui est fondamentalement "honnête".

L'interdiction d'arbitrer des rencontres de football qui lui a été imposée à la suite de son inculpation jeudi dernier fait partie des conditions assorties à sa remise en liberté immédiate, des conditions censées valoir trois mois, renouvelables, révèle l'avocat. "L'Union Belge a entériné cette décision et lui a signifié une suspension 'à durée indéterminée', ajoute-t-il. On y a laissé entendre que cela pouvait être une suspension à vie, ce qui est crapuleux car je suis convaincu de son innocence."

L'enquête se penche entre autres sur une réduction dont l'arbitre a bénéficié lors de l'achat d'une voiture auprès d'un concessionnaire automobile d'Alost, grâce à l'intervention de l'agent de joueurs Dejan Veljkovic, lui-même inculpé de participation à une organisation criminelle, blanchiment et corruption privée la semaine dernière. Veljkovic apparaît comme un acteur central dans cette affaire qui concerne entre autres la lutte pour le maintien en Pro League en fin de saison 2017-2018. Veljkovic et Delferière seraient pourtant simplement "amis", selon l'avocat, qui reconnait qu'il n'était "pas très malin" de la part de son client d'accepter une telle faveur lors de l'achat d'un véhicule. "Il reste cependant à prouver qu'il y avait une intention délictueuse !", tonne-t-il. Selon lui, les écoutes réalisées dans le cadre de l'instruction ont d'ailleurs "montré que Sébastien Delferière n'a clairement pas participé à des trucages de matches".

Quant au principal intéressé, il est d'ailleurs "malade" de se voir écarté des terrains et du sifflet, "car c'est un fanatique de foot", ajoute Didier De Quevy.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK