Armand Marchant, le revenant 

Il n’a que 21 ans. Mais il vient déjà d’entamer le 2e chapitre de sa jeune carrière. 

Une carrière que certains ont cru définitivement brisée lorsque le genou gauche du skieur de Thimister a explosé en mille morceaux dans une compression sur la piste verglacée du slalom géant d’Adelboden. C’était le 7 janvier 2017. Éclatement du plateau tibial, rupture des ligaments croisés, déboîtement des deux ménisques. Le carnage. 

Sept opérations, 2 plaques de titane dans la jambe, 8 vis et 2 ans de revalidation plus tard, le meilleur skieur belge a enfin pu remonter sur ses skis: 707 jours après la chute qui a changé sa vie. 

Plus fort, plus déterminé que jamais, Armand a profité de ces deux années de convalescence pour se métamorphoser, physiquement et mentalement. 

"Toutes ces périodes de doute, toutes ces douleurs, ont évidemment et heureusement eu un effet positif sur l’athlète mais aussi l’homme que je suis. C’était inimaginable de revenir moins fort qu’avant après tout ce que j’ai traversé".

Pendant plusieurs jours, nous avons suivi Armand et son équipe sur le chemin du retour. De Peer où il a prudemment retrouvé ses réflexes de skieur à Sommand, son camp de base dans les Alpes où il a tout appris, nous l’avons accompagné dans la phase finale de sa reconstruction. 

Aujourd’hui, Armand est redevenu un slalomeur. 

"Mon rêve, juste après mon accident, était de pouvoir reskier. Aujourd’hui, je rêve de prendre à nouveau le départ d’une épreuve de coupe du monde."

Ce sera en principe dans le courant de cette saison. "Armand, je le vois bientôt sur la plus haute marche du podium", lance confiant Raphaël Burtin, son coach. 

Le Armand Marchant 2.0 est en route vers les sommets! 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK