"Si je suis bien, la tactique adoptée par Mathieu n'aura pas d'importance", assure van Aert avant Milan-Sanremo

Après les Strade Bianche et Tirreno-Adriatico, Wout van Aert "l’Italien" s’attaquera samedi à Milan-Sanremo, un Monument qui lui est cher puisqu’il avait remporté la Primavera en août dernier. Tenant du titre, c’est détendu et avec une grande confiance qu’il se présentera au départ de Milan.

"Je pars avec la confiance d’un coureur qui a déjà gagné la course et qui aura donc moins de pression sur ses épaules. Je dois être aussi confiant après ce que j’ai montré à Tirreno-Adiratico. J’ai gagné deux étapes et atteint mon objectif au général. Je ne pouvais pas faire mieux. J’ai bien récupéré de mes efforts ces derniers jours. En particulier, le fait d’avoir roulé aussi vite sur le contre-la-montre en dit long sur ma condition physique."

Les ingrédients semblent d’ailleurs réunis pour assister à un nouveau duel van Aert – van der Poel samedi. "On est tous les deux taillés pour cette course. La Cipressa et le Poggio, ce sont des efforts d’une dizaine de minutes qui nous conviennent à tous les deux. Et on a vu que sur un sprint, on est aussi tous les deux très bons."


 

►►► À lire aussi : van der Poel, favori de Milan - Sanremo même si : "ce n’est pas mon genre de courses"


 
 

Je serais content si Gilbert gagne mais si je ne lui ferai pas de cadeau"

La tactique aura donc son importance samedi dans un final toujours indécis. Van Aert, qui dispute sa 3e 'Classicissima', a déjà imaginé un scénario. "C’est une course spéciale et très longue. Ce ne sera pas évident d’assister à une course ouverte à 50 km de l’arrivée. Pour moi, il y a 80% de chance de chances que la course se durcisse dans le final et qu’un groupe select se dispute la victoire. J’ai couru deux fois et deux fois un petit groupe s’est isolé. Je peux difficilement imaginer une fin de course différente. Si je suis bien, la tactique que Mathieu adoptera n’aura pas d’importance. Si je sais suivre, j’aurai ma chance. On a vu qu’il était capable d’attaquer de loin à Kuurne et dimanche dernier à Tirreno mais aux Strade il a attendu le dernier secteur à 11km de l’arrivée pour passer à l’offensive. On ne peut pas imaginer que Mathieu attaque à chaque fois à un moment inattendu."

Enfin van Aert a répondu à une question sur Philippe Gilbert qui court après un premier succès à Sanremo. "J’ai beaucoup de respect pour lui. Je serais content pour lui s’il gagne mais je ne lui ferai pas de cadeau si j’ai l’opportunité de m’imposer."


►►► À lire aussi : Rodrigo Beenkens préface le plus long direct de l’histoire : "van der Poel est probablement le plus fort sur une montée sèche"

►►► À lire aussi Fabian Cancellara vibre en regardant la génération van Aert – van der Poel

►►► À lire aussi  Wout van Aert, de la polyvalence aux grands tours ?


 

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK