Remco Evenepoel : "C'est ma faute si je suis le favori du Tour de Lombardie"

Remco Evenepoel avant le Tour de Lombardie : ""
Remco Evenepoel avant le Tour de Lombardie : "" - © Tomasz Markowski / Forum - BELGA

Remco Evenepoel disputera ce samedi sur le Tour de Lombardie sa première course d’un jour de la saison, sa première classique de la saison, mais aussi et surtout, le premier Monument cycliste de sa carrière. Le jeune coureur arrive en Italie avec un moral d’acier. Remco a disputé deux courses depuis la reprise post-confinement, deux courses où il s’est imposé (Tour de Burgos et Tour de Pologne). Et si on remonte au début de saison, c’est même un incroyable quatre à la suite avec le Tour de San Juan et le Tour d’Algarve.

Pour respecter un maximum les mesures de sécurité liées au coronavirus, Remco Evenepoel a préfacé la course de samedi depuis sa chambre d’hôtel, en vidéo conférence. Comme à son habitude, Remco est apparu serein, bien dans ses cale-pieds, le moral boosté (et c’est bien normal) par ses derniers succès. "J’ai hâte de disputer ce Tour de Lombardie. C’est une course encore plus difficile que la Calsica San Sebastian. Le final est très dur, dans les 80 derniers kilomètres il y a très peu de zones plates où on peut récupérer. C’est monter et descendre tout le temps. Mais j’ai le sentiment que cette course, avec ce parcours, est faite pour moi. Ça me convient très bien", explique Remco.

"Je n’ai pas encore regardé la liste des participants"

Assez logiquement cité comme favori numéro 1, le leader de la Deceuninck-Quick Step accepte et assume. "C’est sans doute de ma faute hein si on m’annonce comme le grand favori (rires). C’est vrai que mes résultats sont là, mais j’en tire une énergie positive. Je suis dans la meilleure forme de ma saison. Et pour une course comme le Tour de Lombardie, il est nécessaire d’être en grande forme. Par rapport à la pression, je travaille beaucoup avec l’équipe pour la gérer et essayer de l’évacuer un maximum. Pour être honnête, je n’ai pas encore regardé la liste des participants. Je dois encore checker ça. Mais je sais que Vincenzo Nibali et Jakob Fuglsang seront là. Ils font partie évidemment des favoris".

"Mon premier Monument me donne une forme saine de stress et nervosité"

"Ce Tour de Lombardie est effectivement important pour moi car c’est mon premier Monument. Sans le COVID-19, je devais normalement commencer par Liège-Bastogne-Liège. Ce sont les deux courses d’un jour que je préfère. Un premier Monument est un moment spécial, ça va être une journée spéciale pour moi. Je ne dirais pas que ça me fait peur, mais c’est clair qu’il y a une sorte de stress et de nervosité saine".

"J’ai beaucoup regardé le Tour de Lombardie à la télévision quand j’étais jeune. Je trouve que les courses d’un jour sont plus lisibles que les courses à étapes. Dans un tour, c’est plus compliqué de contrôler car vous ne savez jamais quand et où ça peut bouger et se décider. C’est plus limpide et prévisible dans une classique. Vous me demandez ce qui peut m’empêcher de gagner ? Il y a plein de mauvaises choses qui peuvent arriver, comme une crevaison un problème mécanique dans un moment critique de la course".

"On verra samedi si le public italien m’aime ou pas"

Remco Evenepoel va passer beaucoup de temps en Italie dans les prochaines semaines. Le Tour de Lombardie samedi, Tirreno-Adriatico début septembre, et puis le Giro en octobre. "Rouler en Italie est spécial. Il y a ici une atmosphère particulière. Avec la Belgique, ce sont les deux pays où le cyclisme vit le plus. Ça fait partie de la culture italienne. Et j’aime les parcours accidentés dans ce pays. Maintenant, savoir si les Italiens m’aiment déjà ou pas ? On verra samedi (rires). Je n’ai que des beaux souvenirs quand j’ai roulé dans ce pays. Mes relations avec les coureurs italiens et la presse italienne sont bonnes".

Remco impressionné par Wout Van Aert

Si Remco représente le futur (déjà présent) du cyclisme belge, il partage ce rôle avec Wout Van Aert, l’homme aux jambes de feu ces derniers jours. "La puissance que Wout met dans ses attaques et ses sprints est incroyable. Son punch final est impressionnant. Evidemment, on ne peut qu’être fier d’être son compatriote. Ça fait du bien de voir le cyclisme belge aussi bien fonctionner", détaille Remco Evenepoel.

Par rapport au Mondiaux : "Je ne peux qu’espérer que l’UCI trouve un parcours similaire"

Le jeune coureur a également réagi à l’annulation des Mondiaux en Suisse, lui qui avait des ambitions sur le chrono et la course en ligne. "J’avais déjà fait quelques préparations en vue des Mondiaux. Le parcours comporte certaines montées raides et je m’étais déjà entraîné par rapport à cela. C’est dommage que les Mondiaux soient annulés. J’ai aussi lu que l’UCI cherche un parcours similaire et je ne peux qu’espérer qu’ils le trouvent. Je leur fais confiance pour y arriver", conclut Remco.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK