Marc Hirschi après la Flèche Wallonne : "Un gros mental pour traverser la douleur"

Sur sa lancée du Tour de France et des Mondiaux de Imola, le Suisse Marc Hirschi a remporté l’édition 2020 de la Flèche Wallonne. De loin le plus costaud au sommet du Mur de Huy, le jeune coureur de l’équipe Sunweb a devancé Benoît Cosnefroy (Fra, AG2R La Mondiale) et Michael Woods (Can, Education First).

"Cette course s’est déroulée parfaitement pour nous. Mon équipe a fait tout ce qu’il fallait pour contrôler les échappés et les attaques", explique Marc Hirschi. "Dans le dernier tour, tout est allé très vite. Et ensuite, pour la dernière montée du Mur de Huy, c’est juste une question de jambes. Ce sont les jambes qui décident. En fait, cette montée est tellement difficile que vous ne pouvez pas sentir les spectateurs autour de vous. La clé était de ne pas lancer l’effort maximal trop tôt, c’est tellement brutal ! Je pense que cette victoire s’est aussi jouée dans la tête, il faut un très gros mental pour passer au travers de cette douleur. Est-ce que je me sentais le plus fort ? Non, pas vraiment. Je ne me suis jamais senti très fort tout au long de la journée. Mais j’ai gardé la motivation pour essayer de donner le meilleur. Je voulais être en bonne position au pied. Et oui, ensuite, j’ai eu la chance d’avoir les bonnes jambes aujourd’hui et de ne pas commettre de faute. Dimanche à Liège ? Je vais d’abord profiter de ma victoire, prendre quelques jours relax et on verra pour dimanche", conclut le vainqueur.

La réaction de Marc Hirschi en vidéo

"Forcément, je suis satisfait. Même si c’est sûr que j’aurais préféré gagner, comme tous les coureurs au départ", analyse le deuxième Benoît Cosnefroy. "Sincèrement je suis satisfait car c’est mon premier podium sur une classique World Tour, et sur le World Tour tout court d’ailleurs. Je prends ce moment avec bonheur, et je me dis que je dois encore travailler pour aller chercher la première place. Mon équipe a fait un travail collectif de toute beauté. J’ai essayé de fédérer l’équipe pour faire le meilleur résultat possible. J’ai dit ce matin qu’il y avait un podium à aller chercher, c’était l’objectif. Le but était de placer Alexis Vuillermoz ou moi dans les meilleures dispositions. Ça a fonctionné, donc merci à l’équipe. Hirschi était tout simplement plus fort que moi. J’ai tout donné, j’étais dans sa roue, je n’ai pas d’excuse car j’ai lâché de sa roue. On voit qu’il est depuis plus d’un mois sur les bons rails, on sait que c’est l’homme fort du moment", s’incline Benoît Cosnefroy.

La réaction de Benoît Cosnefroy en vidéo

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK