Alaphilippe détrône Valverde et s'offre la Flèche Wallonne

Julian Alaphilippe (Quick Step) a remporté la 82e édition de la Flèche Wallonne. Il a devancé Alejandro Valverde (Movistar) et un excellent Jelle Vanendert (Lotto-Soudal).

Les plus belles choses ont une fin. El Imbatido a été battu. Invincible dans "son" Mur depuis quatre ans, le Murcian a cette fois dû s’avouer vaincu. La Flèche s’est choisi un nouveau roi : il se nomme Julian Alaphilippe. Le coureur de Saint Amand-Montrond est le 9e Français à gagner dans la Flèche, le premier depuis Laurent Jalabert en 1997.

Le jeune effronté avait déjà titillé le maître par le passé (deuxième en 2015 et 2016). Il a poussé le vice encore plus loin en utilisant la tactique préférée de l’Espagnol pour l'emporte : attendre et porter l’estocade dans les 150 derniers mètres. Alourdies par le poids des ans, les jambes de Valverde (37 ans) ont coincé dans la troisième et dernière ascension du Mur. "L’Homme de la Flèche", quintuple vainqueur, s'est classé deuxième. Une belle manière de passer la main.

Pour bousculer un scénario immuable ces dernières années, les organisateurs avaient corsé la difficulté et condensé les ascensions. Les adversaires de Valverde avaient promis d’utiliser ce nouveau parcours pour sortir l'Espagnol de sa zone de confort. 

Et quand, il s'agit de dynamiter une course qui de mieux que Vincenzo Nibali (Barhain-Merida) ? L'Italien, fidèle à son tempérament offensif, s'est glissé dans une grande offensive à 45 kilomètres de l'arrivée, dans le premier passage de la côte d'Ereffe. Un groupe de 24 coureurs avec notamment Philippe Gilbert, Michal Kwiatkowski, Damiano Caruso ou Jakob Fuglsang, s'est détaché derrière l'échappée matinale de huit coureurs (Hardy, Roux, Benedetti, Perez, Rombaud, Müller, Van Melsen, Warnier).

Après plusieurs mouvements de course, le Requin de Messine s'est isolé en tête compagnie de Jack Haig, Maximillian Schachmann, Tanel Kangert, Anthony Roux et Cesare Benedetti. Schachmann, repris au milieu du Mur, a été le dernier a résister.

Derrière, la poursuite a été intense, sans répit et usante. La Movistar a payé l'addition. Les équipiers de Valverde ont "sauté" les uns après les autres. Seul Landa a pu rester avec son leader. Les Lotto-Soudal ont assumé leur part de travail dans le final. Tiesj Benoot s'est sacrifié vers Cherave, Vanendert a tenté d'emmener Wellens dans le Mur avant de jouer brillamment sa carte.

Tout s'est à nouveau joué dans la dernière ascension mais en comité restreint, émoussé par une course dure. Alaphilippe a dompté le redoutable Chemin des chapelles et a réglé la concurrence "à la Valverde". Cette fois l'élève a dépassé le maître.

Les temps forts de la course

Le classement :

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK