Flèche Wallonne : Julian Alaphilippe s'impose pour la 3e fois en devançant Roglic

Sans surprise, le Mur de Huy a été l’habituel juge de paix de la 85e édition de la Flèche Wallonne mercredi pour ponctuer les 193,6 km au menu de la classique wallonne. Au sommet du ‘Chemin des Chapelles’ (1,2 km à 10,3% et des passages à 19%) c’est Julian Alaphilippe qui a imposé sa loi pour déborder Primoz Roglic au terme d’un superbe duel dans les 300 derniers mètres. Débordé dans les 50 derniers mètres, le Slovène a pris la 2e place pour sa première participation. Alejandro Valverde a pris la 3e place. Michael Woods et Warren Barguil complètent le top 5 devant Tom Pidcock. Meilleur Belge, Quinten Hermans a terminé 14e.

C’est une belle revanche pour le Français qui n’avait pas semblé au top de sa forme ces dernières semaines et qui s’était fait déborder par Roglic lors du dernier Liège-Bastogne-Liège. Comme pour la course dames, c’est le maillot de champion du monde qui a brillé sur la ligne d’arrivée. Il s’agit de la 3e victoire sur la Flèche Wallonne après celles de 2018 et 2019 pour le coureur de l’équipe Deceuninck Quick-Step qui n’a jamais fait moins bien que 2e sur cette épreuve.


►►► À lire aussi : "J’ai la tête dure" : toutes les réactions après la victoire de Julian Alaphilippe à la Flèche Wallonne

►►► À lire aussi : Sylvain Moniquet, une journée en héros sur ses routes d'entraînement : "Ma plus belle journée sur un vélo"


 

La dernière ascension du Mur de Huy en vidéo

Une course animée par les Belges

Huit hommes se sont illustrés lors de première partie de l’étape. Quatre Belges (Sylvain Moniquet, Louis Vervaeke, Sander Armée, Julian Mertens), deux Italiens (Diego Rosa et Simone Velasco), un Américain (Alex Howes) et un Néerlandais (Maurits Lammertink). Ceux-ci ont possédé jusqu’à 5 minutes d’avance avant que l’écart ne se réduise sous l’impulsion des équipes Movistar, Ineos et Deceuninck-Quick Step.

Mais c’est à une trentaine de kilomètres du but, à l’approche de la deuxième des trois ascensions du Mur de Huy, que le peloton a réellement pris la poursuite en main avec l’équipe Ineos. Un forcing pour fatiguer les organismes et préparer une première banderille signée Tao Geoghegan Hart. Suivi par 6 coureurs dont le brillant Mauri Vansevenant, le vainqueur du Giro 2020 n’est pas parvenu à emmener un groupe d’hommes forts tandis que le groupe de tête perdait des éléments.

L’écart avec les échappés est rapidement passé sous la minute alors que Tom Pidcock et Philippe Gilbert étaient retardés par une chute sans conséquence.

Le groupe de tête, réduit à 4 éléments (Moniquet, Armée, Vervaeke et Lammertink), a fait de la résistance jusqu’à la Côte du chemin des Gueuses à 12 km du terme, théâtre idéal pour toute tentative d’anticipation avant le Mur de Huy. Tim Wellens a alors joué son va-tout en emmenant Omar Fraile et le jeune Ilan van Wilder dans sa roue. Une accélération, supportée par un beau relais de Moniquet, qui a fait très mal et étiré tout le peloton mais qui n’aura pas provoqué de fractures majeures.

Dernier rescapé de l’échappée matinale, Maurits Lammertink est parvenu à basculer et à tenir jusqu’au pied du km du Mur. Audacieux, Roglic a lancé de loin, de très loin dans ce Mur. Parti à 300m du but, il a fait exploser ce qu’il restait d’un peloton très réduit. Seul coureur capable d’emboîter le pas, Alaphilippe est progressivement revenu dans sa roue et a fini par le déborder dans les derniers mètres.

5 images
Julian Alaphilippe et Primoz Roglic au sommet du Mur de Huy © Belga
Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK