Décès de Diego Maradona : Le médecin objet d'une enquête pour homicide involontaire

Leopoldo Luque, le médecin personnel de Diego Maradona décédé mercredi à 60 ans "d'un oedème pulmonaire aigu secondaire et d'une insuffisance cardiaque chronique exacerbée", est l'objet d'une enquête pour un éventuel homicide involontaire, annonce dimanche l'agence argentine nationale de presse Telam sur base de sources policières et judiciaires. Celles-ci précisent que le médecin n'a pas été privé de liberté.

Une perquisition au domicile et dans les bureaux du médecin et avait été diligentée dimanche dans le cadre de l'enquête ouverte sur une éventuelle négligence médicale dans la mort de Maradona, le parquet cherchant à savoir si l'icône mondiale a reçu les soins nécessaires. Certains témoignages, provenant de l'entourage du défunt, font état d'une dispute entre Luque et Maradona.

Les sources judiciaires sans confirmer celle-ci ont précisé que "en vertu des preuves qui ont été recueillies, il a été jugé nécessaire de demander des perquisitions au domicile et au bureau du Dr Leopoldo Luque (...) Les perquisitions ont été autorisée."

Le champion du monde de 1986 se trouvait chez lui à Tigre, localité à 30 km au nord de Buenos Aires, au moment de son décès. Il y résidait depuis le 11 novembre, après être sorti d'une clinique où il avait été opéré six jours plus tôt d'un hématome sous dural à la tête. Le justice a aussi cherché à savoir dans quelle condition Maradona avait quitté la clinique de Olivos où il avait été opéré pour réduire cet hématome.

Le médecin : "J'ai fait tout ce que je pouvais, jusqu'à l'impossible"

Leopoldo Luque, le médecin personnel de Diego Maradona, a affirmé de son côté qu'il avait fait "tout ce qu'il pouvait, jusqu'à l'impossible" pour un patient qui "faisait ce qu'il voulait". "Vous voulez savoir de quoi je suis responsable ? De l'avoir aimé, de m'être occupé de lui, d'avoir prolongé sa vie, de l'avoir améliorée jusqu'à la fin", a déclaré le médecin entre deux sanglots.

Le Dr Luque, âgé de 39 ans, se considérait comme "un ami" de Maradona et le voyait "comme un père, pas comme un patient". Il ne sait pas pourquoi il n'y avait pas de défibrillateur en cas d'attaque cardiaque dans sa résidence de Tigre, et il a bien indiqué qu'il n'était pas son médecin traitant.

"Je suis neuro-chirurgien", a souligné le Dr Luque, qui avait opéré Maradona d'un hématome au cerveau le 3 novembre. "Je suis la personne qui s'occupait de lui (depuis l'opération). Je suis fier de tout ce que j'ai fait. Je n'ai rien à cacher. Je suis à la disposition de la justice", a ajouté le Dr Luque.

Maradona est décédé le 25 novembre d'une crise cardiaque, dans son lit. Il était "ingérable", selon le Dr Luque. "Il aurait dû aller dans un centre de rééducation (après son opération). Il n'a pas voulu, et il ne voulait pas non plus d'un accompagnant thérapeutique".

"Une psychiatre avait demandé qu'il y ait toujours une ambulance devant chez lui. Je ne sais pas qui est responsable du fait qu'il n'y avait pas d'ambulance (ce jour-là)", a ajouté le neuro-chirurgien.

Selon le Dr Luque, Diego "était très triste, il voulait rester tout seul, et ce n'est pas parce qu'il n'aimait pas ses filles sa famille, ou son entourage (...) Il était courageux". Le 30 octobre, jour de son 60e anniversaire, "il n'avait pas l'air bien", a-t-il ajouté.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK