Rétro 2019: 10/10 pour les Diables

Rétro 2019: 10/10 pour les Diables
2 images
Rétro 2019: 10/10 pour les Diables - © Tous droits réservés

Retour sur la campagne qualificative des Diables, pour relever quelques enseignements significatifs, et ce en compagnie de Philippe Albert, ancien International, consultant RTBF.

CHIFFRES ET RECORDS

Ce n’est pas l’essentiel, mais ça parle tout de même ! 10 victoires en autant de matchs, meilleure attaque (+ 4O), meilleure défense (-3), possession moyenne : 63%, nombre de tirs cadrés par match : près de 9, moyenne de passes réussies par match : 89%. Le double intérêt de cela étant surtout la confiance que ces stats confèrent aux joueurs et la crainte que notre pays inspire à nos adversaires.

TOURNANTS DE LA CAMPAGNE

On peut en trouver trois :

– Le 1er match, contre la Russie, l’autre favori du groupe, récent quart de finaliste du Mondial 2018. La Belgique s’impose 3-1, avec 5 " jeunes " : Boyata, Castagne, Tielemans, Dendoncker et Batshuayi, vu les indisponibilités des Kompany, Meunier, Witsel, Dembélé et Lukaku.

Philippe Albert ajoute :"Ce qui m’a surtout plu c’est qu’en étant menés d’entrée de jeu (boulette de Thibaut Courtois), les Diables ont tout de suite réagi et remis les pendules à l’heure. Et c’est vrai qu’en prenant les 3 points contre les Russes la Belgique a annoncé la couleur, et a marqué des points psychologiquement ".

– Le non-match à Saint Marin. Approximations, mauvaises passes, jeu brouillon, plusieurs joueurs à côté de leur sujet… la première mi-temps des N1 mondiaux face aux derniers suscite étonnement chez les suiveurs, et colère chez Roberto Martinez. En particulier, Adnan Januzai et Divok Origi perdent pas mal de points dans l’esprit du sélectionneur, qui déclare " avoir commis l’erreur de ne pas mettre les bons joueurs aux bonnes places ". Les Diables s’imposent tout de même 0-4, et remettent une copie parfaite 3 jours plus tard en Ecosse (0-4).

- Russie-Belgique (1-4). Dans une rencontre présentée comme une finale du groupe, les Belges surclassent leurs dauphins et s’assurent le statut de tête de série pour le prochain tirage au sort des groupes à l’Euro. Pour le clin d’œil, 3 des 4 buts sont inscrits par les frères Hazard en toute grande forme.

GROUPE ELARGI

Martinez a convoqué 35 joueurs pour cette campagne, et en a utilisé 26. Pour notre consultant " En procédant ainsi, le Sélectionneur construit l’avenir, comme avec Verschaeren, Tielemans, Praet, Vanaken et d’autres. Ainsi, lorsqu’il faudra faire appel à l’une ou l’autre solution de remplacement, même à court terme, les gars seront prêts, déjà intégrés au système et au groupe. Pour moi, Carrasco en tant qu’élément offensif, comme back up d’Eden, c’est aussi une bonne idée. Et durant cette campagne, Youri Tielemans a confirmé qu’il était une solution d’avenir en milieu de terrain ".

Philippe souligne un point important : " Avec un tel noyau, et vu nos adversaires au 1er tour de l’Euro (Russie, Danemark, Finlande), Martinez va pouvoir laisser au repos plusieurs titulaires " fragiles " ou fatigués, qui viendront alors huitièmes ou en quart. Un luxe que des pays comme la France, l’Allemagne, le Portugal, mais aussi l’Italie et les Pays-Bas ne pourront pas s’offrir ". Cela pourrait s’avérer utile pour les deux défenseurs centraux que sont Vermaelen et Kompany, incontournables lorsqu’ils sont opérationnels, mais vieillissants et fragiles.

LUKAKU DEPENDANCE

Notre attaquant de pointe en est à 52 buts pour l’équipe nationale. A seulement 26 ans. En 5 matchs il a inscrit 7 buts, dont deux doublés (contre l’Ecosse et contre Saint Marin). Il s’est parfaitement intégré à l’Inter de Milan et respire la forme. Son absence éventuelle à l’Euro (une blessure est toujours possible) serait-elle une catastrophe pour les Diables ? " Il est irremplaçable, c’est sûr, souligne Albert. Mais les passeurs que sont Eden, Mertens, De Bruyne et autre Thorgan Hazard aideraient Batshuayi ou Benteke s’ils devaient remplacer Romelu. Je ne suis pas inquiet. Par contre j’estime qu’en janvier, ces deux-là auront intérêt à quitter leur club et à retrouver du temps de jeu, pourquoi pas en revenant en Belgique, comme Chadli a eu la bonne idée de le faire ".

FORTS SUR LES FLANCS

Dans son système en 3-4-2-1, Martinez peut dorénavant compter sur des latéraux de qualité et en nombre suffisant. A droite, Meunier, une valeur sûre,  est maintenant taquiné par Castagne, un " jeune " qui monte. Et à gauche, l’éclosion de Thorgan Hazard constitue plus qu’une alternative à Chadli. Cette situation est nouvelle et réjouissante.

HAZARD – DE BRUYNE : DUO EXCEPTIONNEL

" Eden et Kevin ont confirmé qu’ils étaient au-dessus du lot. Ce sont nos leaders techniques, et ce qui est précieux c’est que l’artiste de City peut évoluer comme milieu défensif aux côtés de Witsel tout aussi bien qu’à la place de Mertens, plus haut. Vu la faiblesse de nos adversaires on aurait peut-être pu se passer d’eux, et d’ailleurs Kevin n’a pas disputé toutes les rencontres, mais quand ils sont là, on voit la différence dans la qualité du jeu proposé ". Eden Hazard, dorénavant c’est 106 capes, 32 assits, 32 buts.

MENTALITE : 10/10

" C’est peut-être ce qui suscite le plus mon enthousiasme et ma confiance avant l’Euro, glisse Philippe. Je crois qu’ils avaient conscience d’être passés à côté de quelque chose de grand en Russie, et que le titre européen est à portée de main pour cette génération dorée. Quand je revois l’attitude des réservistes sur la touche lors du match contre Saint-Marin : c’était 9-0, et ils trépignaient en attendant le 10e but, synonyme de nouveau record. Aussi, une fois la qualification acquise, après la 6e journée et la victoire en Ecosse, on pouvait craindre des blessures diplomatiques pour des matchs peu emballants comme Saint-Marin, le Kazakhstan, Chypre ; et c’est tout l’inverse qui s’est produit : jusqu’au bout, les Diables ont montré qu’ils avaient faim, et qu’ils voulaient ne rien lâcher. Impressionnant ! Et bien différent de l’état d’esprit qui régnait il y a quelques années".

ROBERTO MARTINEZ

Un coach qui gagne a toujours raison, dit l’adage. Albert va plus loin "Au-delà des résultats, je pense que l’Espagnol fait l’unanimité et est l’homme de la situation. Sa personnalité est impressionnante, il suffit d’écouter ses interviews. Ce qui me séduit le plus chez lui c’est sa manière de tenir tout le monde en éveil, concerné, positif, notamment les gars qui doivent prendre place sur le banc ou en tribune ".

ET MAINTENANT ?

La Belgique a survolé cette phase qualificative. Trop forte, pour des adversaires trop faibles. Quand on demande à Philippe Albert si malgré ça les Diables seront prêts à affronter des grandes équipes, sa réponse est laconique mais claire " La bonne question est plutôt : les grandes équipes seront-elles prêtes à affronter les Diables ? ! ".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK