Que retenir des trois premiers matches amicaux d'Anderlecht ?

Que retenir des trois premiers matches amicaux d'Anderlecht ?
3 images
Que retenir des trois premiers matches amicaux d'Anderlecht ? - © BRUNO FAHY - BELGA

En l'espace de deux semaines, l'Anderlecht "New Look" a disputé ses premiers matches amicaux de la pré-saison. Trois rencontres qui se sont soldées par une plantureuse victoire face à un modeste adversaire, Audenarde (6-0), une rouste encaissée face à l'équipe C de l'Ajax (2-5) et une victoire intéressante contre Benfica (2-1). Alors, quels enseignements tirer de ce triptyque amical  ?

1. Le noyau est pléthorique : 56 (!) joueurs potentiels

Premier constat, 37 joueurs différents ont eu droit à du temps de jeu. Ce ne sont, certes, que des matches amicaux, l'occasion idéale donc pour tester des jeunes, mais toujours est-il que cela tend à prouver que le noyau est très (trop) large. D'autant plus que des Nasri, Zulj, Chipciu ou Dimata n'ont pas joué et que les jeunes U21 Cobbaut, Verschaeren, Bornauw, Saelemaekers et Amuzu n'ont pas encore repris. Au sens très large du terme, le noyau bruxellois comporte au total 56 joueurs. L'opération dégraissage semble donc bel et bien annoncée du côté de Saint-Guidon.

Certains éléments décriés la saison dernière (Milic, Santini, Makarenko, Sanneh) pourraient donc être gentiment priés d'aller voir ailleurs. L'avenir de Trebel et Kara, renvoyés dans le noyau B, s'inscrit, lui aussi, en pointillés. Une chose est sûre, il faudra encore attendre quelques semaines avoir d'y voir plus clair.

2. "King" Kompany fait le show en bord-terrain, moins en tant que joueur

Affirmer que Vincent Kompany fait parler de lui depuis la reprise serait un doux euphémisme. Contre Audenarde, c'est lui qui a fait exploser l'applaudimètre du petit stade à son arrivée. En l'espace de quelques semaines, il est devenu l'attraction principale partout où il passe.

Autre enseignement à tirer : Kompany semble (pour l'instant) bien décidé à coacher...lorsqu'il ne joue pas. Alors qu'il avait d'abord annoncé vouloir se mettre en retrait et laisser Simon Davies guider ses troupes, il s'est montré particulièrement actif en bord de touche quand il n'était pas sur le terrain. Perfectionniste, il n'hésitait pas à encourager, invectiver les joueurs alors que Davies semblait en retrait, cantonné sur le banc de touche. Hors-terrain, Kompany fait donc parler de lui. Par contre, son apparition sur la pelouse face à l'Ajax n'a pas vraiment rassuré les supporters bruxellois. Fébrile, imprécis, il est directement coupable sur deux buts ajacides. Il s'est même symboliquement remplacé à la mi-temps, probablement conscient de sa prestation en dents de scie. Docteur Vince et Mister Kompany.

3. Sam et Thelin, bonnes surprises

Personne ne s'attendait à le voir à pareille fête et pourtant, l'ancien international allemand Sydney Sam a séduit les observateurs lors de ses apparitions. En test à Anderlecht (il espère parvenir à signer un contrat), il a inscrit deux buts et fait étalage de sa palette offensive intéressante. C'est lui qui, par séquences, a amené le danger côté bruxellois. Et même s'il semble en manque de rythme, il pourrait avoir convaincu la direction de lui accorder un sursis.

Autre bonne surprise, Isaac Kiese Thelin. Devenue une persona non grata à Saint-Guidon, il avait été prêté à Waasland-Beveren puis au Bayer Leverkusen. Il y a quelques semaines, il avait fait son retour au Sporting par la petite porte. Peu de monde donnait cher de sa peu, on semblait se diriger vers un troisième prêt consécutif. Pourtant, il pourrait, lui aussi, avoir marqué des points lors de ces matches amicaux. Disponible, costaud et double buteur face à Audenarde, il a récidivé face à Benfica en crucifiant le portier adverse d'un puissant coup de tête. Même si cela semble un peu trop tôt pour tirer d'éventuelles conclusions - et que le Suédois semble un peu léger pour tenir la baraque bruxelloise à lui tout seul - il pourrait faire du bien à l'attaque du Sporting la saison prochaine. Au moins en tant que joker de luxe. A voir si les dirigeants souhaitent le garder ou pas.

4. Les jeunes ont le vent en poupe

Vincent Kompany ne s'en est jamais caché, il veut faire jouer les jeunes. Et certains d'entre eux lui rendent très bien. Probablement le meilleur Anderlechtois face à Benfica, Jeremy Doku (17 ans à peine) a marqué des points. Déroutant, virevoltant, c'est lui qui provoque le CSC des Portugais avant la mi-temps. Autre satisfaction, Sieben Dewaele (20 ans). Défenseur central pouvant évoluer un cran plus haut, il s'est montré solide et intransigeant face aux avants lisboètes. Pour finir, le nouveau renfort bruxellois, Michel Vlap (22 ans) semble déjà s'être bien intégré et a montré de très belles choses. De bon augure pour la suite. A ce trio, il faut bien évidemment ajouter les U21 Verschaeren (17 ans), Bornauw (20 ans), Saelemaekers (20 ans) ou Cobbaut (21 ans), performants la saison dernière. Si cette amas de talent intrinsèque parvient à s'ériger en collectif solide, la jeunesse anderlechtoise pourrait vite faire très mal.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK