Que penser du remplacement de Vercauteren par Kompany à Anderlecht ? Le plateau de la Tribune divisé

C'est l'une des actualités majeures de la semaine dernière : A 34 ans, Vincent Kompany a décidé de raccrocher les crampons pour s'adonner à plein temps à sa nouvelle activité de coach d'Anderlecht. Une décision qui a eu pour conséquence directe le départ de Franky Vercauteren, à la barre du navire mauve jusque-là. Que penser de cette décision du Sporting de confier les rênes de l'équipe au talentueux mais inexpérimenté enfant de la maison ? Le plateau de La Tribune a donné son avis et est forcément divisé.

D'emblée Stephan Streker avance que c'est le départ de Franky Vercauteren, autre petit Prince anderlechtois, qui l'a fortement peiné : "Avec le remplacement de Franky Vercauteren, c’est une autre icône du club qui part. Cela m’a fait très mal qu’il doive s’en aller comme ça, sans les honneurs. Peut-être que la hiérarchie est plus claire comme ça..." confie-t-il d'une moue dubitative.

Une remarque qui fait réagir Thomas Chatelle à ses côtés : Ce qui m’a fait tiquer c’est justement quand on évoque la justification d’avoir plus de clarté. On a mis le flou, et Vincent Kompany en premier lieu parce que personne ne nous a expliqué quoi que ce soit. On nous a dit que Kompany était joueur, puis entraîneur puis dirigeant et tout d’un coup il faudrait plus de clarté. Ce serait ça l’explication pourquoi ils ont évincé Franky Vercauteren ? Pour avoir plus de clarté ?  J’ai du mal avec ça."

"On dirait un jeune entraîneur avec ses scolaires"

Un avis partagé par notre chroniqueuse Cécile de Gernier qui estime que Vercauteren était dans l'ombre de Kompany : "Je trouvais que Vercauteren déjà à la base n’était pas traite comme il devait l’être. Il était déjà en intérim, en cinquième roue du carrosse, en attendant que Kompany n’arrive définitivement à la barre. Avec Kompany, j’ai l’impression de voir un entraîneur de scolaires avec son équipe" confie-t-elle.

Un avis tranché qu'elle étaye ensuite : "Kompany et l’équipe vont grandir donc il y aura des progrès mais pour l’instant je les trouve tellement jeunes dans tout. Que ce soit le comportement de l’équipe sur le terrain, celui de Kompany à l’interview ou même dans le club en général, il y a quelque chose qui fait très très jeune pour l’instant et qu’on ne connait pas à Anderlecht normalement. Habituellement, c'est un club avec la culture de la gagne et là il faut tout recommencer."

Thomas Chatelle évoque lui, la décision quasi unilatérale de Kompany : "On a l’impression qu’il n’y a pas de contre-pouvoir. Quand Kompany a décidé qu’il voulait devenir entraîneur, personne ne lui a dit “écoute, on va attendre la fin de saison”. Je suis président du club, je lui dis que ce n’est pas le bon moment. Ils auraient pu former un beau duo avec Franky Vercauteren. J’avais cru que ça allait pouvoir fonctionner avec un Vercauteren qui prend du recul et qui prend Kompany sous son aile. Certains grands l’ont fait, même Zinédine Zidane l’a fait…"

Le mot de la fin est pour Philippe Albert : "On a deux légendes d’un club qui gagne tout depuis 60 ans et l’un doit s’effacer pour l’autre. C’est dommage parce que depuis que Vercauteren était revenu au club, il y avait des résultats plus positifs."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK