L'affaire D'Onofrio éclabousse Anderlecht

Ivica Mornar
Ivica Mornar - © Belga

Nos confrères du Soir annoncent que la justice liégeoise a mis au jour une commission occulte payée par Anderlecht dans le cadre du transfert d'Ivica Mornar du Standard au Sporting bruxellois.

En examinant les transferts douteux du Standard sous l'ère de Lucien D'Onofrio, les enquêteurs de la brigade financière de Liège sont tombés, en février 2005 à Anderlecht, sur un montage financier qui a servi à payer une rémunération occulte à Mornar.

Afin de boucler le transfert de Mornar, qui butait sur les prétentions salariales élevées du joueur, Anderlecht aurait versé 250.000 euros à une société écran au Luxembourg, Concordia Investments, afin de gonfler artificiellement la commission de l'agent officieux du joueur, Djuro Sorgic, celui-ci rétrocédant ensuite une partie de ce montant à Mornar.

Mornar a reçu 154.629 euros sur un compte en Autriche. Sorgic a lui touché 74.368 euros. Deux autres intermédiaires auraient aussi reçu de l'argent.     

Les enquêteurs ont aussi découvert que Sorgic a facturé au Standard 12.395 euros pour le "bon déroulement du transfert".

Jusqu'à présent, seuls Djuro Sorgic et Alphonse Costantin, l'ancien directeur général du Standard, ont été inculpés pour faux et usage de faux. Le parquet de Liège trace actuellement son réquisitoire et pourrait procéder à de nouvelles inculpations.

Lors d'un interrogatoire, Lucien d'Onofrio aurait affirmé qu'Anderlecht était à l'initiative de ce montage financier (Anderlecht et son ancien manager Michel Verschueren). Voilà, en tout cas, qui risque de ne pas améliorer les relations entre le Sporting bruxellois et l'ancien vice-président liègeois. Qu'on a vu, pourtant, il y a peu, "presque" fiancés.

Qui risque quoi?

Le Sporting risque un redressement fiscal car il a évité de payer les charges sur le montant occulte. En effet, Anderlecht aurait en fait dû inclure les primes données au joueur dans le salaire de ce dernier.

Ivica Mornar et son agent Djuro Sorgic n'ont pas déclaré ces montants au fisc. Ils ont donc fraudé et pas payé assez aux impôts. Mais, après 7 ans, il y a prescription sur la fraude fiscale.
Une poursuite n'est pas exclue si les deux hommes subissent une enquête pour blanchiment d'argent, ce qui ferait alors tomber la prescription.

Michel Verschueren risque une inculpation pour faux et usage de faux.

S. Rouquet avec G. Vankerkom
Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK