Anderlecht, un stage réussi mais les problèmes restent (actuellement) les mêmes…

Anderlecht, un stage réussi mais les problèmes restent (actuellement) les mêmes…
Anderlecht, un stage réussi mais les problèmes restent (actuellement) les mêmes… - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Stage terminé pour le Sporting d’Anderlecht sous le généreux soleil de Murcie en Espagne. Les Mauves en ont profité pour travailler leurs fondamentaux et pour se remobiliser avec comme objectif de combler l'écart qui les sépare du top 6 (7 points à récupérer en 9 matches sur le KV Malines, 6eme). Il semble que le groupe ait bien travaillé et bien vécu durant cette préparation loin du tumulte bruxellois. Le stage a aussi été marqué par le comeback d’Anthony Vanden Borre et le retour des blessés de longue date comme Samir Nasri ou Zakaria Bakkali.

Analyse à San Pedro del Pinatar, Pascal Scimè  

Difficile de dire si le Sporting d’Anderlecht sort plus fort de sa semaine de stage. Il semblerait que ce soit le cas. Malgré une situation délicate au classement, le groupe a bien vécu ensemble. Travail et bonne humeur étaient au rendez-vous.

La semaine a aussi été marquée par le come-back d’Anthony Vanden Borre, très à l’aise dans le groupe et balle aux pieds mais pas encore suffisamment affûté après presque 3 ans d’inactivité, et, par le retour des blessés parmi lesquels Zakaria Bakkali (qui n’est qu’à 60%) a laissé une très bonne impression.

Tous deux ont reçu du temps de jeu face à Livingston. Le feu follet a été déroutant et intéressant en un contre un.

Idem pour le petit nouveau, le défenseur Amir Murillo déjà efficace sur le flanc droit et titularisé, pour sa part, face à Lugano.

Contrairement aux autres années, le stage a été moins impacté par le mercato. Le club cherche à dégraisser avant de recruter ! Renforcer l’attaque est la priorité mais les numéros 9 de qualité et surtout abordables financièrement sont rares sur le marché ! 

Sur les deux matches amicaux (c’est surtout vrai contre Lugano), une chose a frappé les observateurs, le jeu est fluide et par moments incisif. À d’autres par contre, quelques amnésies inexplicables subsistent.

Les problèmes structurels, comme la finition, restent présents.

Pourtant, il faudra trouver des solutions à très court terme pour recevoir le club de Bruges dimanche en championnat et donner un nouvel élan à la fin de saison régulière. Le Sporting reste ambitieux mais il faudra le démontrer sur le terrain et comme le dit Franky Vercauteren, "nous ne sommes pas encore prêts pour Bruges mais il nous reste une semaine ! " 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK