Anderlecht - FC Bruges : 3 raisons pour lesquelles les Mauves ne peuvent pas rater ce Topper

En s'imposant largement sur la pelouse de l'Antwerp lundi soir (1-4), Anderlecht a retrouvé de sa superbe et temporairement rangé ses démons au placard. Virtuellement qualifiés pour les play-offs 1, les Mauves ont désormais toutes les cartes en main. Mais pour cela, il va falloir glaner un bon résultat contre Bruges dimanche. Un Topper qui s'apparente à une vraie finale avant la lettre pour les Mauves. Voici pourquoi.

►►► À lire aussi : L’expérience de Trebel, l’abattage de Sambi, la créativité d’Ashimeru : le triangle d’or de Kompany ?

1. Ne pas laisser la moindre fenêtre de tir à Ostende

Au classement, le constat est limpide. Anderlecht, 4e et donc dernier qualifié virtuel pour les play-offs 1, compte 52 points soit trois de plus que son plus proche poursuivant, Ostende (49 points).

A deux rencontres de la fin de la phase régulière, les Mauves ont donc leur destin entre les mains : Un 6/6 et ils participeront aux play-offs 1. 

Un coup d'oeil au calendrier nous informe qu'Anderlecht défiera d'abord Bruges puis une équipe de Saint-Trond assurée du maintien et donc probablement en roue libre. Du côté d'Ostende, on affrontera un Beerschot en nette perte de vitesse et un Cercle de Bruges englué en fond de classement.

Une victoire face à Bruges pourrait donc (quasiment) assurer un strapontin de playoffable aux Mauves (sous réserve de ne pas trébucher contre Saint-Trond par la suite).

Un faux-pas bruxellois, quant à lui, octroierait aux Côtiers, opposés à des équipes plus prenables, une dernière opportunité de revenir. Rien n'est donc joué !

2. Trouver enfin un peu de continuité, ce sempiternel talon d'Achille sous Kompany

Aussi surprenant que cela puisse paraître pour un club du standing d'Anderlecht, les Mauves ne sont jamais parvenus à remporter trois matches d'affilée en championnat cette saison. Habitués à jouer aux montagnes russes infernales depuis le coup d'envoi en août dernier, ils ont souvent alterné des victoires retentissantes puis des coups d'arrêts inopinés et forcément frustrants.

Illustration début février avec une belle victoire, acquise au forceps et grâce aux jeunes, sur le terrain de Genk (1-2). Ce succès et la démonstration face à l'Union en Coupe quelques jours plus tard, font alors croire que le Sporting est (enfin) lancé. Une embellie finalement passagère puisque...patatra...par la suite Anderlecht enchaîne un match nul sans saveur au Cercle (0-0) puis une défaite calamiteuse contre Courtrai (0-2).

Surfant sur la vague de ses récents succès contre Zulte-Waregem (4-1) et l'Antwerp (1-4), le Sporting a donc une occasion en or d'enfin arracher un troisième succès consécutif. Une victoire éventuelle, placée sous le joug d'une continuité retrouvée, qui permettrait aux Mauves de faire le plein de confiance... à l'aube du sprint final.

3. Mettre fin à l'oppressante hégémonie brugeoise

En championnat, le Club de Bruges fait cavalier seul cette saison et n'a pour véritable adversaire...que soi-même. Leaders sereins (19 points d'avance sur Genk, 2e), les Brugeois peuvent même se permettre de laisser filer quelques points ici et là (0-2 contre l'Antwerp, 1-1 contre Charleroi). A l'aube des play-offs, le champion en titre est le grandissime favori auto-proclamé à sa propre succession.

Une domination nationale qui se fait également ressentir dans les face à face directs avec Anderlecht. Alors que les Mauves avaient pour coutume de ne laisser que des miettes à leur ennemi brugeois à la tournure du siècle, ils viennent de s'incliner lors des six derniers Toppers toutes compétitions confondues. Pis encore, sur les dix derniers chocs face aux Blauw&Zwart, les Mauves n'en ont remporté qu'un seul, lors des play-offs 17/18 (1-2 grâce à des buts de Teodorczyk et Morioka, une autre époque...). Pour le reste ? 7 défaites et 2 partages.

L'occasion est donc belle pour cet Anderlecht revanchard de faire tomber Bruges de son piédestal. Même si un éventuel titre mauve paraît presque irréel au vu de la situation actuelle, battre le grand rival serait déjà une belle consolation.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK